Union européenne - Participation de Jean-Yves Le Drian au conseil affaires étrangères (Bruxelles, 16 juillet 2018)

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, a participé le 16 juillet à Bruxelles au conseil affaires étrangères.

Les débats ont porté sur les points suivants :

  • partenariat oriental : les ministres ont préparé la réunion ministérielle UE-Partenariat oriental prévue le 15 octobre à Luxembourg. Ils ont fait le point sur les avancées dans la mise en œuvre des « 20 objectifs à atteindre pour 2020 » adoptés lors du dernier sommet du partenariat oriental, le 24 novembre 2017. Ces derniers constituent le cadre de développement des relations avec les six pays partenaires. Les progrès les plus notables portent à ce stade sur le développement économique (plus de 5000 PME ont bénéficié depuis 2016 de l’assistance financière de l’UE, augmentation des échanges commerciaux avec l’UE depuis 2016 : +15% avec l’Arménie, +17% avec l’Azerbaïdjan, +19% avec la Biélorussie, +6% avec la Géorgie, +20% avec la Moldavie, +24% avec l’Ukraine). Des résultats importants ont également été obtenus en matière de mobilité (ouverture d’une école du partenariat oriental en septembre 2018). La France a notamment plaidé pour un approfondissement de la coopération dans les domaines de la jeunesse (formation professionnelle), de l’environnement (mise en œuvre de l’accord de Paris et soutien des voisins orientaux à l’initiative de pacte mondial pour l’environnement) et de la sécurité (lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent) ;
  • Libye : au lendemain du déplacement de la haute représentante à Tripoli et de ses entretiens avec les autorités libyennes, Jean-Yves Le Drian a souligné le caractère prioritaire du respect du calendrier pour la tenue des élections et de la mise en œuvre des engagements pris par les parties libyennes à Paris le 29 mai et endossés par le Conseil de sécurité le 6 juin. Il a appelé l’Union européenne à renforcer son soutien au processus électoral. Le ministre de l’Europe et des affaires étrangères a également rappelé l’importance d’une coopération renforcée avec les autorités libyennes dans le domaine migratoire, en collaboration avec le HCR et l’OIM, et la nécessité de travailler à l’adoption de nouvelles sanctions à l’encontre des passeurs de migrants et de trafiquants d’êtres humains ;
  • Corée du Nord : les ministres ont évoqué la situation après le sommet de Singapour du 12 juin et la visite en Corée du Nord les 6 et 7 juillet du secrétaire d’État américain, Mike Pompeo. Notre priorité demeure le lancement d’un processus de dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible de la péninsule coréenne. L’Union européenne a une responsabilité particulière dans la préservation du régime international de non-prolifération. La France a plaidé pour conserver une approche ferme, afin que la Corée du Nord prenne des engagements précis et concrets et mette en œuvre ses obligations internationales ;
  • Iran : à la suite de la réunion de la commission conjointe à Vienne le 6 juillet, le Conseil a adressé un signal politique fort en faveur de la préservation du JCPoA en modifiant l’annexe du règlement de 1996 pour bloquer, dans l’Union européenne, les effets extraterritoriaux des sanctions américaines contre l’Iran ;
  • Cour pénale internationale :à l’occasion du 20ème anniversaire du statut de Rome signé le 17 juillet 1998, des conclusions ont été adoptées pour réaffirmer le soutien de l’Union européenne à la CPI.

PLAN DU SITE