Environnement – COP 14 de la Convention sur la diversité biologique (Charm El-Cheikh, 17-29 novembre 2018)

Alors que s’achève la 14e conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique (COP 14) à Charm El-Cheikh (Égypte), la France salue l’impulsion à la lutte pour la préservation de la biodiversité qui fait face aujourd’hui à une phase d’effondrement mondial d’une ampleur et d’une rapidité sans précédent. Dans la lignée des conclusions de la COP 14, la France appelle à un effort collectif majeur de toutes les parties prenantes afin d’établir des objectifs ambitieux pour le nouveau cadre mondial stratégique pour la biodiversité qui sera adopté lors de la COP 15 que la Chine accueillera en 2020.

La France salue particulièrement le lancement par l’Égypte, la Chine et le secrétariat de la Convention d’un agenda de l’action « Charm El-Cheikh - Pékin, pour la nature et les peuples », initiative inspirée de l’agenda de l’action qui a concouru à la réussite de la COP 21 pour le climat en 2015. Elle remercie la présidence égyptienne de son initiative pour renforcer les synergies face aux grandes crises environnementales de la biodiversité, du climat et de la dégradation des terres. Celle-ci sera également présentée lors de la COP 24 sur le climat, qui se tiendra dans quelques jours.

La COP 14 a par ailleurs permis l’adoption d’une trentaine de décisions sur des sujets d’importance majeure allant du séquençage numérique sur les ressources génétiques à l’intégration de la biodiversité dans les secteurs économiques ou la santé. Elle a aussi adopté des lignes directrices pour garantir que les stratégies d’adaptation au changement climatique et la réduction des risques de catastrophe naturelle soient basées sur les écosystèmes, ainsi que pour éviter les conflits d’intérêt.

La COP 14 appelle par ailleurs à faire de la décennie 2021-2030 celle de la restauration des écosystèmes.

La France portera la biodiversité lors des grands rendez-vous internationaux qu’elle accueillera dans les prochains mois : dans le cadre des sommets One Planet en 2019, au sein du G7 qu’elle présidera ou par l’accueil de la réunion plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) à Paris en avril 2019. Elle le fera encore en juin 2020 en accueillant à Marseille le Congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

L’urgence commande d’agir, face au changement climatique comme pour la biodiversité, ainsi que l’a rappelé le président de la République devant les Nations unies en septembre dernier. L’ambition doit être au rendez-vous en 2020.

PLAN DU SITE