Un drone pour éliminer le tueur de noix de coco en Thaïlande

Thaïlande

Actualité
Thaïlande | Agronomie et alimentation
31 janvier 2018

Le premier robot volant pour l’agriculture, produit par un étudiant en génie robotique de l’Université KMUTT, devrait être commercialisé cette année. Le nouveau drone asperge les cocotiers de pesticides pour tuer les insectes qui, depuis plus d’une décennie, causent de graves dégâts aux cultures de cocotiers en Thaïlande.

L’invention s’appelle "Coconut Garden Care" et a remporté un prix d’excellence décerné par les agences gouvernementales thaïlandaises NIA et GISTDA.
"La plupart des gens utilisent les drones pour des raisons médicales ou d’urgence. L’utilisation de drones à des fins agricoles a été négligée", a déclaré Kridtat Satharanond, coordinatrice du projet Coconut Garden Care.

En 2007, la Thaïlande a connu une épidémie de chenilles à tête noire dans les principales zones de culture de cocotiers. Quelques années plus tard, l’infestation s’est propagée dans des dizaines de provinces et a causé d’énormes dégâts nuisant à l’industrie alimentaire.

L’équipe a modifié le drone pour qu’il puisse pulvériser plus facilement des pesticides sur les cocotiers, et un système de capteurs a été ajouté pour améliorer ses capacités.

Avec les capteurs, le drone peut détecter quelle partie des arbres a déjà été touchée par l’insecte, ce qui déclenche la pulvérisation des pesticides. En revanche, le drone évite de pulvériser les parties de l’arbre qui n’ont pas été atteintes. Cette technique a également pour avantage d’économiser les pesticides qui sont coûteux.

Selon M. Kridtat les cocotiers ont besoin de plusieurs années avant d’être assez mûrs pour commencer à produire des fruits. Par conséquent, aider les agriculteurs à sauver leurs arbres les aide aussi à préserver leur patrimoine.

La hauteur des arbres pose un problème majeur car elle force les agriculteurs à passer beaucoup de temps à grimper pour pulvériser des pesticides. Un autre enjeu est la capacité de charge en pesticides du drone, car plus le chargement est important, plus il peut être déployé longtemps. Le prototype initial du drone peut transporter 15 kilogrammes de pesticide. Plus tard, l’équipe prévoit une capacité de 50 kg.

Le drone utilise un cap assigné via Google Maps, mais il pourra plus tard voler et pulvériser des pesticides de façon autonome.

Source : https://www.bangkokpost.com/tech/local-news/1392230/students-innovate-to-stamp-out-coconut-killer
Rédacteur : vincent.drapeau[at]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE