La coopération franco-thaïlandaise dans le domaine dentaire au cœur de la région du Grand Mékong

Thaïlande

Actualité
Thaïlande | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
29 juin 2018

Un programme de recherche franco-thaïlandais sur les anomalies bucco-dentaires liées aux maladies génétiques rares s’est développé ces dernières années. Ces pathologies sont particulièrement présentes en Thaïlande, notamment dans la région du Nord-Est où se situe l’université de Khon Kaen.

S’agissant d’une des régions les moins développée du pays, ce projet de recherche est d’autant plus important qu’il implique l’utilisation de méthodologies et de technologies modernes dans un territoire où les enjeux de santé sont importants. Du fait du positionnement géographique de l’université de Khon Kaen, ce programme de recherche a aussi un impact sur l’intégralité des pays du Grand Mékong où l’incidence de ce genre d’anomalies génétiques est élevée.

La collaboration entre les universités de Khon Kaen et de Strasbourg a débuté en 2010 lors d’une mission de prospection où il a été donné l’occasion d’examiner un enfant présentant une anomalie dentaire rare. Ce cas considéré comme bien plus difficile que ceux que l’on peut rencontrer en Europe a initié une collaboration qui s’est développée dans le cadre du programme franco-thaï « Jeunes chercheurs », financé par l’ambassade de France en Thaïlande. Un premier séjour a eu lieu en 2012 à l’Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire (IGBMC) de Strasbourg dans le but d’identifier le gène impliqué dans cette anomalie dentaire et de mieux comprendre les disfonctionnements dans les mécanismes de la formation des dents. Cela a permis d’initier une thèse financée conjointement par l’université de Khon Kaen et le programme de bourses d’excellence de cette ambassade qui se conclura par un nouveau séjour « jeunes chercheurs » en 2018. L’objectif est d’analyser les échantillons d’ADN pour mieux comprendre l’étiologie moléculaire des malformations dentaires.

Après un peu moins d’une décennie d’existence, cette collaboration a permis de nombreux échanges avec des chercheurs internationalement reconnus ainsi que l’accès à des technologies des plus modernes. Par exemple, un système d’imagerie commercialisé par l’entreprise française Acteon, est maintenant disponible à la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Khon Kaen et est utilisé pour reconstruire des images 3D des malformations dès le stade émergeant. Une description plus précise des changements globaux en 3D de la structure de la dent permet de mettre en place un plan de traitement complet du patient, particulièrement adapté au problème rencontré avec la croissance du squelette et le vieillissement.

Le programme de recherche franco-thaï prévoit également des collaborations cliniques avec un réseau bien établi sur les maladies rares en Europe (franco-allemand-suisse), porté par l’université de Strasbourg qui a initié un dépistage généralisé dans le cadre du projet RARENET. L’objectif est de reproduire au niveau de la Thaïlande un réseau similaire de patients sur les maladies rares et de le coordonner avec le réseau européen et en lien avec la fondation Tawanchai impliquée dans le traitement des fissures labio-palatines. Cette approche est d’autant plus importante que le centre de Khon Kaen voit environ 80.000 patients par an, dont environ 10.000 cas de pédiatrie. On évalue à 10-15% le nombre de cas présentant des défauts congénitaux oro-dentaires.

Cette collaboration contribue également à l’avancement au niveau régional de l’enseignement et de la recherche dentaire. Située au centre de la sous-région du Grand Mékong avec le Laos, le Cambodge et le Vietnam comme pays voisins, la Faculté de l’Université de Khon Kaen est la seule école dentaire du Nord-Est de la Thaïlande. Elle dessert également une population importante, souvent financièrement désavantagée.

L’objectif à long terme est de développer de nouveaux traitements pour lutter contre la perte osseuse liée à l’âge et perfectionner l’ostéo-intégration des implants dentaires. Le but de ce programme de recherche est d’améliorer la gestion globale de la santé des patients affectés en fournissant des traitements ciblés et en faisant progresser la recherche fondamentale pour trouver des traitements pharmacologiques.

Rédacteur : vincent.drapeau[at]diplomatie.gouv.fr
Source : http://www.french-highlights.com/blog/la-cooperation-franco-thailandaise-dans-le-domaine-dentaire-au-coeur-de-la

PLAN DU SITE