Des métaux lourds détectés dans l’air de Bangkok

Thaïlande

Actualité
Thaïlande | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
30 janvier 2019

L’air de Bangkok serait chargé de métaux lourds toxiques, selon des chercheurs du NIDA Centre for Research and Development of Disaster Prevention and Management. Ils ont détecté des niveaux nocifs de cadmium, de tungstène, d’arsenic et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP).

Ses études universitaires sur la pollution atmosphérique urbaine ont révélé que la composition des particules fines (PM2,5) comptait pas moins de 51 sortes de métaux lourds, dont trois - cadmium, tungstène et arsenic – présentant une teneur supérieure aux seuils recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

À l’heure actuelle en Thaïlande, seul le plomb fait l’objet d’une réglementation spécifique et sa teneur dans les PM2.5 est inférieure au seuil réglementaire.
Cependant, le directeur du centre de la NIDA souhaiterait élargir la réglementation à d’autres types de métaux lourds, car la présence de ces substances toxiques a un effet à court comme à long terme sur la santé humaine.

Il relève également que les études ont montré que les concentrations en composés toxiques dans ces aérosols (polluants atmosphériques) variaient peu à l’échelle hebdomadaire au cours de l’année, ce qui semble indiquer que la majorité des polluants sont émis localement à Bangkok.

Selon lui, « même si les conditions météorologiques à cette période de l’année contribuent en partie au problème, les études indiquent que les polluants gazeux issus du trafic, des industries ou de la combustion sont les principales sources de pollution atmosphérique à Bangkok ».

Il précise que le secteur des transports contribue à bien des égards, notamment car la combustion incomplète des carburants issus des véhicules (en particulier du diesel) émet une grande quantité de HAP.

Par ailleurs, les embouteillages de Bangkok font augmenter considérablement le niveau de tungstène (particules métalliques) émis lors du freinage des véhicules, contribuant ainsi à l’émission de PM2.5 métalliques.

Rédacteur : vincent.drapeau[at]diplomatie.gouv.fr
Source : http://www.nationmultimedia.com/detail/national/30362901

PLAN DU SITE