Un séminaire sur le diagnostic biologique des entérovirus organisé à Taipei

Taïwan

Actualité
Taïwan | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
24 mai 2018

Un séminaire international sur le diagnostic biologique pour les entérovirus a débuté le 23 avril à Taipei sous l’égide du Cadre global de coopération et de formation (GCTF), une architecture mise sur pied en juin 2015 par Taïwan et les États-Unis pour renforcer la collaboration bilatérale sur les questions internationales et régionales.

Organisé par le ministère des Affaires étrangères, à Taipei, et l’Institut américain à Taïwan (AIT), ce séminaire a rassemblé pendant quatre jours 27 experts venus de 14 pays d’Asie-Pacifique pour des discussions sur les bonnes pratiques et les derniers développements en la matière. Sont notamment au programme des conférences par des experts sanitaires du Japon et des États-Unis, ainsi qu’une démonstration du test rapide EV-71 développé par le Centre pour le contrôle des maladies (CDC), lequel dépend du ministère de la Santé et des Affaires sociales, à Taipei.

Lors de l’ouverture des travaux, le ministre adjoint des Affaires étrangères, Wu Chih-chung, a souligné le fait que ce séminaire illustre la détermination de Taïwan à contribuer à la lutte contre les maladies infectieuses dans toute la région. Grâce à l’échange ouvert et rapide d’informations et à l’établissement de réseaux transfrontières, la santé publique peut être sauvegardée, a-t-il noté.
Selon le ministère de la Santé et des Affaires sociales, le renforcement des capacités de diagnostic des entérovirus et le partage des ressources pour la gestion des épidémies avec les pays visés par la « nouvelle politique en direction du Sud » est une priorité du gouvernement.
Élément essentiel de la stratégie de développement national élaborée par la présidente de la République, Tsai Ing-wen, la « nouvelle politique en direction du Sud » cherche à approfondir les liens agricoles, économiques, culturels, éducatifs, touristiques et commerciaux avec les dix États membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), six États d’Asie du Sud, dont l’Inde, ainsi qu’avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande.
En réponse, le directeur du bureau de Taipei de l’AIT, Kin Moy, a rappelé que les États-Unis considèrent Taïwan comme un « partenaire vital, une réussite démocratique et une force pour le bien dans le monde ». Les initiatives menées sous l’égide du GCTF, à l’image de ce séminaire, démontrent pourquoi Taïwan devrait être associé à la résolution des défis mondiaux, a-t-il déclaré.
Les États-Unis, a ajouté le représentant américain à Taïwan, soutiennent la participation de Taïwan en tant qu’observateur à l’Assemblée mondiale de la santé (AMS), l’organe décisionnel de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et aux réunions techniques de l’OMS. Ils sont déterminés à mener une coopération étroite avec Taïwan sur toutes les questions de santé public, a-t-il conclu.
Les entérovirus, virus de la famille des Picornaviridae, sont responsables de nombreuses pathologies humaines aiguës, telles que les paralysies de type poliomyélitique, encéphalites ou conjonctivites hémorragiques. Il existe plus de 100 types d’entérovirus différents qui peuvent se présenter de différentes façons. Ils pourraient être à l’origine de maladies chroniques, comme des myocardiopathies et/ou diabètes. Ces virus se répliquent essentiellement dans le tractus digestif et on les trouve en abondance dans les selles. Leur multiplication dans le tractus digestif n’occasionne que rarement des troubles chez l’individu infecté. Cependant, dans un nombre de cas très limité, ces virus peuvent infecter d’autres organes et sont alors à l’origine de maladies. Les infections à entérovirus peuvent toucher tous les groupes d’âge, mais le risque est supérieur chez les jeunes enfants.

Illust:61.4 ko, 640x385

Le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Chen Shih-Chung (devant, au centre), a ouvert les travaux avec le ministre adjoint des Affaires étrangères, Wu Chih-chung (devant, 4e à d.), et le directeur de l’AIT, Kin Moy (devant, 4e à g.).


Photo : Chin Hung-hao / MOFA

Source :
Taiwan Info (25 avril 2018) :
https://taiwaninfo.nat.gov.tw/news.php?unit=56,59&post=133255

Plus d’information :
https://research.pasteur.fr/fr/whocc/enteroviruses-and-viral-vaccines/

Rédactrice :
Morgane Schuhmann, morgane.schuhmann[at]diplomatie.gouv.fr
https://www.france-taipei.org/

PLAN DU SITE