Un nouvel incubateur de startups taïwanais fait de leur développement sa priorité

Taïwan

Actualité
Taïwan | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
16 janvier 2018

Taïwan Incubator (TI), créé conjointement par des organisations de startups et des universités taïwanaises, souhaite aider les startups à survivre et à réduire leur taux d’échec, qui s’élève aujourd’hui à 99%.

TI – un incubateur de startups co-fondé par Taïwan Business Incubators Alliance (TBIA), l’Université Feng Chia (FCU), l’Université de Technologie de Chaoyang (CYUT), et Taïwan Accelerator (TA), un accélérateur de startups, a décidé de lever plus d’un million de dollars américains (30 million de dollars taiwanais) pour investir dans chacune des startups qui le rejoindront en 2018. Elles recevront ainsi des aides financières et juridiques de partenaires internationaux tels que KPMG et PWC pour un programme spécifique d’accompagnement et d’accès au marché dans toute la région d’Asie-Pacifique.

Une startup, comme le définit si bien Steve Blank, est une entreprise à la recherche d’un "business model" rentable. Or elles semblent malheureusement être programmées pour mourir. D’après Lin Ying-chieh, directeur de TI, malgré le nombre croissant d’entrepreneurs taiwanais chaque année, le taux de réussite ou de survie des startups est très faible. D’après l’INSEE et l’Association des Petites et Moyennes Entreprises du Ministère Taïwanais des Affaires Économiques (SMEA), le taux d’échec des startups est de 49% après 5 ans, mais lorsqu’on sillonne les incubateurs, on se rend compte que le taux d’échec des idées de projets de startups est supérieur à 99% car beaucoup de personnes travaillent pendant plusieurs mois pour finalement abandonner leur projet de création, devenant ainsi invisibles sur le radar des créations entreprises, et évitant d’entrer dans les statistiques. En règle générale, les problèmes rencontrés par les startups sont le manque de financement, un soutien insuffisant notamment de la part de l’état, et un certain scepticisme à leur égard.

Pour leur venir en aide, Lin souhaite se concentrer sur l’investissement des startups qui ont du potentiel et qui viennent de démarrer leur business. Deux fois par an, TI sélectionnera une dizaine de startups – taïwanaises comme étrangères - dans lesquelles investir et leur offrira des conseils et un soutien tout particulier. Contrairement aux autres programmes d’incubation, TI leur offrira des cours gratuits en entrepreneuriat, et leur fournira une garantie de croissance hebdomadaire de 5% de leurs revenus au minimum.

Sources :

Rédactrice :
Morgane Schuhmann, morgane.schuhmann[at]diplomatie.gouv.fr
https://www.france-taipei.org/

PLAN DU SITE