Un nouveau programme du MOST pour renforcer le lien entre universités et entreprises

Taïwan

Actualité
Taïwan | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
7 décembre 2017

Le Ministère des Sciences et Technologies (MOST) a récemment dévoilé un nouveau programme visant à commercialiser des technologies développées par les étudiants taiwanais, et ainsi optimiser les relations entre les universités et les entreprises. Il s’agit du programme Global Research & Industry Alliance (GLORIA).

D’après Chen Liang-gee, ministre des Sciences et Technologies, « le pôle de recherche universitaire taiwanais est excellent, mais ne permet pas aux industries nationales de se moderniser pour combler le fossé avec l’industrie ». Selon lui, il est regrettable que les universités taïwanaises ne disposent pas d’un centre international de Recherche et Développement (R&D). Pour y remédier, le ministre s’est inspiré de ce qui se fait aux États-Unis, notamment au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et à l’université de Stanford, deux universités qui collaborent étroitement avec les entreprises. En effet, la meilleure façon de financer la recherche universitaire, c’est de développer des solutions pour les entreprises. « Le développement de projets menés avec des industriels et le soutien à la création d’entreprises innovantes témoignent du rôle joué par les différents établissements en matière de développement économique », souligne-t-il.
Dans ce cadre, le projet GLORIA vise à rassembler plus de 200 entreprises avec un fonds de 4 milliards de dollars taiwanais (soit 111 millions d’euros) afin que les universités collaborent avec près de 4,000 industriels. Le MOST fournira quant à lui une aide financière de 2,6 millions de dollars (2,2 millions d’euros) maximum par université. D’après le ministre, GLORIA a déjà reçu des demandes de 16 universités dans le domaine de l’intelligence artificielle, des énergies renouvelables, de la fintech – nouvelle industrie qui déploie la technologie pour améliorer les activités financières - et de l’agriculture biologique.
Des entreprises à la fois étrangères et locales pourront adhérer à ce programme. Leurs frais d’adhésion contribueront à financer la R&D des universités. Ceux-ci s’élèvent à 7,000 dollars américains (5,920 euros) pour les entreprises taïwanaises et 30,000 dollars américains (25,360 euros) pour les entreprises internationales.

Source :
Taipei Times (19 septembre 2017) :
http://www.taipeitimes.com/News/taiwan/archives/2017/09/19/2003678736

Rédactrice :
Morgane Schuhmann, morgane.schuhmann[at]diplomatie.gouv.fr
https://www.france-taipei.org/

PLAN DU SITE