Un chirurgien américano-taïwanais a réalisé la première greffe de pénis au monde

Taïwan

Actualité
Taïwan | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
24 mai 2018

Une équipe de chirurgiens américains a effectué une greffe totale de pénis et de scrotum sur un soldat blessé en Afghanistan. Une première mondiale.

Par le passé, des médecins ont réussi à pratiquer des greffes de pénis, mais cette transplantation d’un pénis et d’un scrotum représente une réelle avancée médicale. L’opération, qui a duré 14 heures, a eu lieu le 26 mars. Neuf chirurgiens plastiques, dont W.P. Andrew Lee, et deux chirurgiens urologues ont transplanté le pénis entier, ainsi que le scrotum, et une partie de la paroi abdominale d’un donneur décédé. Les testicules, contenant les cellules germinales, n’ont pas été greffées, pour des questions d’éthique. Les médecins disent avoir bon espoir que le patient puisse uriner avec son pénis dans les semaines à venir, et qu’il finisse par avoir assez de sensations pour parvenir à une érection. La prostate du patient n’a pas été touchée lors de l’explosion, mais ayant perdu ses testicules, il ne pourra plus éjaculer. L’étendue de ses fonctions sexuelles ne sera connue que d’ici six mois, selon les médecins. « Nous sommes optimistes sur le fait qu’il retrouvera des fonctions sexuelles et urinaires presque normales suite à une convalescence totale », a commenté Lee. Cet américano-taïwanais est professeur et directeur du département de chirurgie plastique et reconstructive à l’école de médecine de l’université Johns Hopkins. Il est né à Taïwan et a émigré aux États-Unis à l’âge de 15 ans. Il devient en 2016 le premier chirurgien à transplanter un pénis.

La première greffe de pénis au monde avait été pratiquée en Chine en 2006, mais le bénéficiaire avait dû être de nouveau opéré pour le retirer en raison de « graves problèmes psychologiques  » l’ayant affecté ainsi que son épouse. Seules quatre greffes de pénis ont été effectuées avec succès dans le monde. Deux ont été pratiquées en Afrique du Sud, pays où la première opération réussie de ce type a été effectuée en 2015. Les États-Unis ont suivi en 2016.
Le scrotum (du latin scrotum, même sens) fait partie, avec le pénis, des organes génitaux externes masculins. Familièrement appelé « bourses », il s’agit d’un sac de peau externe qui pend chez l’homme entre les jambes à partir de la base du pénis. Divisé en deux, le scrotum contient les testicules, les deux glandes sexuelles masculines qui produisent de la testostérone et qui sont le siège de la spermatogénèse (production de spermatozoïdes).

Sources :

Rédactrice :
Morgane Schuhmann, morgane.schuhmann[at]diplomatie.gouv.fr
https://www.france-taipei.org/

PLAN DU SITE