Taïwan toujours présent dans la course mondiale à l’IA

Taïwan

Actualité
Taïwan | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
6 février 2018

Un plan d’action pour le développement de l’intelligence artificielle (IA) a été approuvé le 18 janvier par le gouvernement, marquant ainsi la volonté de l’État de soutenir l’innovation et de transformer Taïwan en hub mondial pour les technologies. Il s’agit également pour l’île de rattraper son retard par rapport à ses voisins : la Chine et le Japon.

L’intelligence artificielle (IA) transforme nos entreprises, nos industries et l’économie mondiale dans son ensemble. Alors que de plus en plus de pays saisissent les opportunités émergentes qu’elle apporte – à l’image de la Chine et le Japon - Taïwan, malgré ses prouesses technologiques, essaie de rattraper son retard en IA, et de lutter contre la fuite des cerveaux.

L’île regorge de jeunes diplômés dans le domaine des sciences et technologies. D’après l’OCDE, elle est même classée en 4ème position mondiale dans ce domaine. Cependant, ces dernières années, Taïwan n’a pas été en mesure d’empêcher l’exode continu des meilleurs ingénieurs de l’IA, qui partent vers de plus grandes entreprises internationales à l’étranger. Et les nouveaux diplômés doivent souvent faire face à un dilemme : choisir entre les postes moins lucratifs dans l’industrie software et les emplois mieux rémunérés dans l’industrie hardware.

Proposée par le bureau des Sciences et Technologies placé auprès du Premier ministre, l’initiative approuvée le 18 janvier vise à former et recruter des spécialistes de l’IA, à identifier les sujets de recherche avantageux pour Taïwan, à créer un centre international pour l’innovation en IA, à assouplir la réglementation pour faciliter l’émergence des nouvelles technologies, et à façonner des solutions d’IA répondant aux besoins de l’industrie. Doté d’un budget de 36 milliards de dollars taïwanais (1 milliard d’euros) sur quatre ans, ce plan d’action sera mis en œuvre conjointement par les ministères de l’Économie, de l’Éducation, du Travail et des Sciences et Technologies.

Le bureau prévoit ainsi de former 1000 professionnels spécialisés en recherche et développement sur l’IA pendant la période de 4 ans, ainsi que 20000 informaticiens. D’après le secrétaire du Conseil pour la Science et les Technologies de l’exécutif Yuan, Cai Zhihong, entre 9 et 10 milliards de dollars taïwanais (245 et 275 millions d’euros) seront dépensés chaque année pour ce projet.

Par ailleurs, en vertu de la loi actuelle sur l’établissement et l’administration des parcs scientifiques, seules les sociétés par actions peuvent être créées dans les parcs scientifiques. D’après le ministre sans portefeuille Wu Tsung-Tsong, le Yuan Exécutif examine un amendement proposé par le ministère des Sciences et Technologies, qui assouplie les restrictions sur les types d’entreprises qui pourront désormais faire leur apparition dans ces parcs, ouvrant ainsi la voie à davantage d’entreprises spécialisées en internet des objets, en big data, et en IA.
Aujourd’hui Taïwan abrite certaines des plus grandes sociétés mondiales de matériel et d’électronique, comme TSMC, Foxconn, Quanta et Asus. L’arrivée de nouvelles entreprises pourrait ainsi stimuler la coopération entre le software et le l’hardware, et, finalement, renforcer la compétitivité internationale de l’industrie technologique taïwanaise.

Le « Project Moon Shot », un projet de 132 millions de dollars taïwanais (3,6 millions d’euros), vise à aider l’industrie des semi-conducteurs de Taïwan à développer des technologies de pointe en IA. Des entreprises technologiques pleines de ressources, notamment Microsoft Taïwan et NVIDIA, offrent leur soutien au gouvernement dans la mise en œuvre de ce plan de développement. A travers ce plan et d’autres politiques telles que le programme DIGI-plus lancé en novembre 2016, le gouvernement ne ménagera aucun effort pour promouvoir le développement des infrastructures numériques, la simplification de la réglementation et la formation de nouveaux talents. En novembre dernier, l’Academia Sinica a également annoncé l’ouverture de la première école de recherche en IA à Taïwan – Taïwan AI Academy, qui devrait démarrer son premier programme en janvier 2018.

D’après le Premier ministre, Lai Ching-te, ces différentes mesures visent à transformer Taïwan en hub des technologies « intelligentes ». Citant également le lancement au début du mois à Taipei par Microsoft Taïwan d’un centre de développement en IA, le Premier ministre a souligné l’environnement propice fourni par Taïwan aux entreprises innovantes. Selon lui, le plan d’action contribuera à acquérir une véritable reconnaissance internationale et à accélérer la mise en œuvre de l’initiative de promotion de cinq secteurs industriels innovants « 5+2 » – l’internet des objets, l’économie circulaire, l’agriculture, les machines intelligentes, la défense, la biotechnologie et les énergies renouvelables.

A Taiwan, le boom de l’IA présente de vastes opportunités notamment pour les industries des semi-conducteurs, des caméras de surveillance, et de la robotique.
Abritant deux des plus grandes sociétés de semi-conducteurs au monde, Taïwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) et United Microelectronics Corporation (UMC), Taïwan détient le statut de leader mondial dans la chaîne d’approvisionnement des semi-conducteurs. L’industrie représente 28% des exportations de Taïwan en 2016, ce qui signifie que le boom des puces d’IA est une opportunité en or pour l’île.
Les caméras de surveillance vidéo et autres capteurs sont utilisés dans les usines et les environnements de vente au détail pour recueillir des données qui peuvent être analysées afin d’extraire des informations précieuses. Taïwan compte déjà de nombreuses entreprises de verres optiques tels que Largan Precision, fournisseur de lentilles de caméra pour smartphones, tablettes et appareils photos numériques.
La fabrication de matériel jouera toujours un rôle important dans l’ère de l’IA. Et la demande de composants et de pièces pour la robotique et les véhicules sans pilote ne manqueront pas de se développer à l’avenir. Le système de fabrication intelligent est également un domaine dans lequel Taïwan pourra s’améliorer. Par exemple, Foxconn, le fournisseur d’Apple et le plus grand fabricant d’électronique au monde, a déjà commencé à introduire l’IA dans ses usines. Des robots industriels sont déjà déployés dans les lignes d’assemblage des smartphones. Lorsque l’IA et l’automatisation prennent de l’ampleur, c’est « le secteur de la robotique qui en bénéficie le plus », d’après Albert Chang, directeur associé du bureau de McKinsey à Taïwan.

Enfin, un nombre croissant de startups en IA émergent à Taïwan, dont :
• Appier, qui vise à fournir des plateformes en IA pour aider les entreprises à résoudre leurs problèmes d’affaires difficiles. Cette année, la société a été nommée pour la deuxième fois dans la liste des « 100 entreprises de 2018 » de CB Insights.
• Umbo, l’une des étoiles montantes de la communauté en IA de Taïwan, qui utilise l’IA pour obtenir une lecture plus précise des caméras de surveillance. Leur technologie alimentée par l’IA est capable de détecter les risques et les anomalies en scannant des images provenant de plusieurs caméras de surveillance.
• DT42, une startup d’apprentissage en profondeur (« deep learning »), qui vise à rendre l’IA plus facile et plus abordable pour les entreprises.

L’IA prend d’assaut le monde en transformant toutes les industries et tous les secteurs. Si Taïwan a pris du retard dans cette course à l’IA, il y a cependant toutes les raisons d’être optimiste : la qualité des enseignements en sciences, le nombre de jeunes talents, et l’avantage concurrentiel du pays en semi-conducteurs et hardwares sauront tirer leur épingle du jeu, pour faire de Taïwan un pays clé en IA.

Sources :

Rédactrice :
Morgane Schuhmann, morgane.schuhmann[at]diplomatie.gouv.fr
https://www.france-taipei.org/

PLAN DU SITE