Taïwan poursuit la lutte contre la tuberculose

Taïwan

Actualité
Taïwan | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
15 mai 2018

Les autorités sanitaires taïwanaises viennent de réitérer leur engagement à se joindre aux efforts de la communauté internationale pour éradiquer la tuberculose.

Le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Chen Shih-chung, le directeur général du Centre pour le Contrôle des Maladies (CDC), Chou Jih-haw, et des professionnels de santé ont réitéré cet engagement lors d’une cérémonie organisée à Taipei le 23 mars, à la veille de la journée mondiale de lutte contre la tuberculose. Il s’agit d’une initiative de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) permettant au grand public de mieux connaître les terribles conséquences sanitaires, sociales et économiques de de cette maladie, pour que de plus grands efforts soient consentis afin de mettre fin à l’épidémie mondiale de tuberculose.

La tuberculose est une infection chronique, évolutive, souvent avec une période de latence qui fait suite à l’infection initiale. Il s’agit d’une cause infectieuse majeure de mortalité chez l’adulte dans le monde, responsable de près de 1,3 million de décès en 2012. La tuberculose affecte le plus souvent les poumons. Les symptômes comprennent une toux productive, de la fièvre, une perte de poids et une sensation de malaise. Le traitement repose sur une association de médicaments antimicrobiens administrés pendant 6 mois au moins.

Selon les statistiques du CDC, le nombre de patients de la tuberculose est passé de 16 475 en 2005 à 9 754 en 2017 à Taïwan, passant sous la barre des 10,000 pour la première fois et soulignant les progrès accomplis par le pays sur ce front. Au cours de la même période, le taux de mortalité associé à cette pathologie a chuté d’environ 40%. Et le taux de réussite du traitement a atteint 80%, ce qui est nettement supérieur à la moyenne mondiale, qui est de 50%. D’après Chen Shih-chung, le gouvernement cherche à consolider ces résultats en accroissant les mesures de lutte et de prévention et en renforçant la collaboration entre l’administration et le secteur universitaire en matière de recherche et de nouveaux traitements.

Ces avancées, estiment le ministre, sont le résultat du financement public des traitements et de la prévention à travers le programme national d’Assurance santé (NHI), lequel assure une couverture sanitaire universelle. L’accès des malades aux soins ambulatoires et hospitaliers, aux médicaments et aux vaccins est ainsi pris en charge.

Le CDC couvre pour sa part, totalement ou partiellement, les examens au cours de la période d’incubation des personnes ayant été en contact avec des patients ; ceux effectués par des personnes non couvertes par la NHI ; les traitements de deuxième intention contre la tuberculose multi-résistante ; les traitements importés ; les placements en quarantaine ; le dépistage dans les localités enclavées ; ainsi que la stratégie DOTS (de l’anglais, Directly Observed Treatment, Short-Course), stratégie de lutte contre la tuberculose recommandée par l’OMS.

D’après Chen Shih-chung, cette approche d’ensemble souligne l’engagement du pays pour la couverture sanitaire universelle, objectif prioritaire de l’OMS. Le but de celle-ci est de faire en sorte que tous les individus aient accès aux services de santé sans encourir de difficultés financières.

Taïwan a exprimé sa volonté de participer à la prochaine Assemblée mondiale de la santé, l’organe décisionnel de l’OMS dont la réunion annuelle aura lieu du 21 au 26 mai à Genève, en Suisse, afin de partager son expertise avec la communauté internationale.

Sources :

Plus d’information :
http://www.who.int/universal_health_coverage/fr/

Rédactrice :
Morgane Schuhmann, morgane.schuhmann[at]diplomatie.gouv.fr
https://www.france-taipei.org/

PLAN DU SITE