Taïwan envisage de bannir les combustibles fossiles d’ici 2050

Taïwan

Actualité
Taïwan | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
6 novembre 2017

D’après le Vice-Président Chen Chien-jen, il est vital de réduire la consommation de combustibles fossiles d’ici 2050. Le secteur de l’énergie éolienne du pays pourrait attirer jusqu’à 1,5 milliards de dollars taiwanais d’investissements, et les entreprises énergétiques internationales sont vivement intéressées.

D’après un discours de la Présidente Tsai Ing-wen lors d’un symposium international tenu à Taipei, Taïwan a le potentiel pour devenir un leader mondial dans le développement des énergies renouvelables (EnR), si le pays réussit sa transition énergétique.
Ce symposium sur le développement durable a été organisé par l’Academia Sinica et a réuni environ 350 universitaires des États-Unis, du Japon, de l’Australie et de d’autres pays. Il a permis de sensibiliser la communauté internationale au développement durable et à la pollution atmosphérique, de promouvoir la collaboration internationale et d’apporter des points de vue et diverses expériences aux taiwanais.
Au sujet de la décarbonisation de Taïwan, le ministère de l’Environnement prévoit d’améliorer les installations d’usines à charbon. Taipower a en effet prévu 9 milliards de dollars taiwanais pour installer des installations de désulfuration dans les centrales à charbon et au gaz. Par ailleurs, le ministère travaille en étroite collaboration avec l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA) pour réduire la pollution atmosphérique.
Aujourd’hui, les combustibles fossiles soutiennent près de 45% de la consommation énergétique à Taïwan. Responsable d’un taux de pollution atmosphérique très élevé, il est donc urgent de les bannir ! Mais pour cela, le pays doit disposer de sources d’énergie suffisantes et diversifiées.
La France prévoit de fermer toutes ses centrales à charbon d’ici 2023, et la Finlande d’ici 2030. Mais contrairement à ces deux pays qui ont d’autres sources d’énergie (hydraulique, nucléaire), Taïwan aura bien plus de difficultés à se passer du charbon. Si le pays ne peut se passer du charbon à court-terme, il peut apprendre beaucoup de l’Allemagne, qui produit également 45% de son électricité à partir du charbon.
Tandis que le gouvernement prévoit de produire 20% de son électricité à partir d’énergies renouvelables d’ici 2025, il cherche également à développer ce secteur en attirant des investissements nationaux et étrangers et en promouvant le programme de développement des infrastructures. D’après Yang Wei-fuu, vice-ministre de l’économie, l’objectif national de 20% d’EnR dans le mix électrique d’ici 2025 nécessite un investissement de de 1,8 milliards de dollars taiwanais (50 millions d’euros).
D’après le Premier Ministre William Lai, il n’y a pour le moment aucun projet de hausse des tarifs d’électricité, même si la nation est en train de passer aux énergies renouvelables. Selon lui, le coût des EnR baissera de façon spectaculaire dans les prochaines années, grâce aux avancées technologiques.
Le potentiel d’expansion de l’hydroélectricité à Taïwan étant extrêmement limité, il s’agit donc de se concentrer sur les énergies éoliennes et photovoltaïques pour passer d’une part de 5% d’EnR dans la production d’électricité à 20% en 2025.
L’objectif est d’augmenter la capacité installée des parcs éolien onshore à 1,2 GW et des parcs offshore à 3 GW d’ici 2025. L’investissement total est estimé à 613 milliards de dollars taiwanais.

Sources :

Rédactrice :
Morgane Schuhmann, morgane.schuhmann[at]diplomatie.gouv.fr
https://www.france-taipei.org/

PLAN DU SITE