Google veut faire de Taipei son plus grand centre de R&D en Asie-Pacifique

Taïwan

Actualité
Taïwan | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
6 février 2018

Taipei est en voie de devenir le plus gros centre de R&D de Google, qui vient de finaliser le rachat de la division smarphones de HTC, fabricant taïwanais de smartphones. Cette opération permet à Google d’acquérir plus de 2,000 ingénieurs dont beaucoup sont spécialisés en hardware.

Le marché est conclu : l’acquisition par la maison mère de Google de la division smartphones de HTC pour 1,1 milliard de dollars est une réalité. Ce qui fait de Google un concepteur à la fois de système d’exploitation avec Android et un concepteur de téléphones avec le savoir-faire de HTC. Si Google a depuis longtemps conçu des téléphones « type » avec des partenaires – les Nexus puis Pixels, développés avec HTC, LG et autres, c’est la première fois que l’entreprise californienne réunit tous les savoir-faire.

Côté hardware, les compétences sont donc en Asie, à Taïwan pour être plus précis, siège de HTC. Avec 2,000 ingénieurs, l’équipe taïwanaise est la plus importante de Google dans la région Asie-Pacifique. Il ne s’agit pas de toutes les équipes de HTC, puisque seule la division smartphone a été rachetée : les équipes VR et production industrielle restent indépendantes. Comme le précise Rick Osterloh, responsable de la division hardware de Google interrogé par The Verge en 2017, « Nous ne voulons plus que le Pixel soit un produit de niche. Nous voulons vendre des produits en masse d’ici 5 ans  ». Un changement qui passera surtout par une présence dans un plus grand nombre de pays.

Avec la clôture officielle de cet accord, nous étendons notre emprise dans la région Asie-Pacifique (APAC). Taïwan est un centre d’innovation et d’ingénierie clé pour Google, et Taipei deviendra désormais le plus grand site d’ingénierie de Google dans l’APAC. Nous accueillons une équipe incroyablement talentueuse pour travailler sur des produits encore plus innovants dans les années à venir. », a déclaré Osterloh.

Google, qui entame sa troisième année dans le secteur hardware, compte bien se mettre au travail immédiatement avec ses nouveaux co-équipiers, combinant le meilleur de son intelligence artificielle, et de ses ressources software et hardware.

HTC devrait ainsi profiter de cet accord pour renforcer son activité en réalité virtuelle et amortir les pertes dans ses opérations de vente de smartphones. Toutefois, comme l’activité hardware de HTC constitue un pilier de ses revenus, la cession d’une partie de ses actifs risque de réduire à long terme ses résultats nets. D’après les analystes, les opérations relativement récentes de la société en réalité virtuelle, tentative de diversification des produits, ne représentent qu’une fraction de ses ventes globales.

Au troisième trimestre 2017, HTC a enregistré une perte par action de 3,8 dollars taïwanais (0,13 UDS), représentant une perte nette pour le 10ème trimestre consécutif. Après l’annonce du rachat par Google, les actions d’HTC ont alors augmenté de 1,71%.

Sources :

Rédactrice :
Morgane Schuhmann, morgane.schuhmann[at]diplomatie.gouv.fr
https://www.france-taipei.org/

PLAN DU SITE