La bioaccessibilité des composés semi-volatils, résultat d’une collaboration franco-suédoise

Suède

Actualité
Suède | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
23 avril 2018

En avril 2017, soutenues par le programme TOR de l’institut français de Suède, les chercheuses Corinne Mandin (CSTB) et Barbara Le Bot (EHESP), accompagnées de Gaëlle Raffy, doctorante à l’EHESP, se sont rendues à Umeå et Stockholm, Suède, pour rencontrer des chercheurs de l’institut Swetox travaillant, comme elles, dans le domaine des perturbateurs endocriniens et de la qualité de l’air intérieur.

Ces rencontres ont donné lieu à une récente publication sur les méthodes et modèles d’analyse de la bioaccessibilité des composés semi-volatils après inhalation, c’est-à-dire de la fraction de composés libérés dans les fluides pulmonaires et susceptibles de passer dans la circulation sanguine.
Les composés organiques semi-volatils (COSV) sont présents dans l’environnement quotidien, intérieur et extérieur, de chacun (revêtements intérieurs, retardateurs de flammes, additifs dans les détergents, odeurs de synthèses…). La majeure partie d’entre eux sont des neurotoxiques responsables d’effets sur la santé ou peuvent accentuer certaines maladies telles que l’asthme et l’eczéma. Certains pesticides organochlorés et organophosphorés sont des cancérigènes reconnus.
Ces composés ont divers moyens d’entrer dans le corps humain : ingestion, contact cutané et inhalation. C’est cette dernière voie d’exposition qui est étudiée dans cet article.
Au cours de cette étude, diverses méthodes in vitro et in vivo de détermination de la bioaccessibilité de composés spécifiques ont été recensées. Les auteurs en concluent que ces méthodes pourraient être appliquées et développées pour une gamme plus large de COSV. De plus, les méthodes in vitro pourraient être validées par des expérimentations in vivo.
Une approche de modélisation prenant en compte l’intégralité du système respiratoire est également préconisée par les auteurs.
Les équipes de recherches françaises et suédoises sur ce projet étant toujours en proche collaboration, de futures publications dans le domaine sont à prévoir.

source de l’article : https://doi.org/10.1016/J.ENVINT.2018.01.024
Rédacteur : Clément Brousse (avec l’aimable relecture de Corinne Mandin et Barbara Le Bot)
Contact : clement.brousse[at]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE