Science & Technologie : bulletin d’avril 2018

Russie

Russie
14 mai 2018

Informations du mois :

Le bras-de-fer entre la messagerie cryptée Telegram et le gouvernement, qui a bloqué près de 18 millions d’adresses IP, a entravé l’accès aux publications scientifiques et entrainé la protestation du conseil de la Société des travailleurs scientifiques (ONR) et du Conseil scientifique du Ministère russe de l’Éducation et de la Science.

Politique de recherche

  • 04/04 : Selon le directeur de la FANO, M. Kotioukov, les salaires moyens des chercheurs atteignent désormais le double du salaire moyen pour chaque région, objectif fixé dans les « décrets de mai » du Président Poutine de 2012. Le salaire moyen des chercheurs s’approchait en début d’année des 100 k·RUB [1 400 € au taux du début du mois]. Les salaires des chercheurs atteignent 130 k·RUB à Moscou, 96 à Saint-Pétersbourg, 85 et 49 dans les régions de Moscou et Léningrad. Le salaire moyen national est de 40 k·RUB.
  • 04/04 : Selon une étude de l’Institut de statistique du Haut Collège d’économie, Moscou concentre 44,9% des publications scientifiques russes. Il s’agit du 4e taux au monde de concentration nationale, après Téhéran, Séoul et Taïpeï. À titre de comparaison, Paris pèse pour 27% de production scientifique française, et Berlin 12% de l’Allemagne. Moscou est aussi la 14e ville scientifique au monde (Paris 9e).
  • 09/04 Dans une interview donnée à Kommersant, le président de la RAN A. Serguéiev estime que « la diplomatie scientifique est essentielle dans le contexte politique actuel ». Revenant sur ses propos de septembre 2017 sur une science russe dans la « vallée de la mort », il s’exprime sur le rôle de l’État dans la recherche fondamentale, du secteur public pour études ciblées, et des entreprises dans la mise au point des démonstrateurs. La « vallée de la mort » se situe selon lui à l’endroit où la recherche fondamentale aboutit à un résultat mais où l’État refuse de financer les travaux ultérieurs et où le entreprises ne veulent pas investir en l’absence de prototypes.
  • 09/04 : Le Premier Ministre Medvédev valide cinq feuilles de routes de l’Initiative technologique nationale (Technet, Autonet, Marinet, Neuronet, Aeronet) à l’horizon 2035. Chaque étape inclut des objectifs, avec dates et organismes responsables.
  • 10/04 : Réunion entre le chef de l’État, la RAN, et l’Institut Kourtchatov. Poutine lie le financement complémentaire de la recherche à l’amélioration économique du pays. Dans le cadre de cette rencontre le président Poutine a annoncé l’amélioration du « statut social des chercheurs ». Selon M. Kovaltchouk, président de l’Institut Kourchatov, « la réforme de la RAN a résolu ses plus grands problèmes » en confiant la gestion immobilière à la FANO et en fusionnant les trois académies en 2013. V. Parmon représentant de la Branche sibérienne de la RAN a déclaré quant à lui que le pays était prêt créer une « silicon taïga » dans les dix ans à venir.
  • 11/04 : Trois projets sont annoncés entre la RAN et l’Extrême-Orient : la recherche et l’exploitation des ressources profondes de l’océan Pacifique ; la création d’un centre de médecine nucléaire et radiothérapie ; la construction d’un synchrotron, sur l’île Rousski à Vladivostok au sein de l’Université fédérale d’Extrême-Orient, d’ici à 5 ans.
  • 16/04 : le MinObrNaouki lance un appel à candidatures pour l’octroi à de nouveaux établissements du droit de collation des titres. 25 universités et instituts ont actuellement ce droit.
  • 17/04 : Le Premier Ministre Medvédev approuve le programme d’expéditions antarctiques russe pour 2018-2022. Le document vise ouvertement à l’« accroissement de l’activité russe sur zone ».
  • 27/04 : Accord entre la mairie de Moscou et la RAN (le premier depuis 2013), pour le développement scientifique et technique de la ville, la culture scientifique de ses habitants, la tenue d’événements scientifiques. Moscou concentre plus de 200 instituts académiques sur 570, ⅓ du potentiel scientifique du pays.

Vie des institutions

  • 04/04 : Le directeur de la FANO, M. Kotioukov, dénombre 3 600 organismes scientifiques en Russie, dont 800 « académiques ».
  • 20/04 : Conférence de presse préparatoire à la tenue du conseil mondial de la recherche (GRC), à Moscou le 15 mai prochain. Selon son directeur V. Pantchenko, le RFFI y a inscrit deux thèmes à l’ordre du jour : la diplomatie scientifique, pour laquelle il suggère la création de cours, de manuels, d’un glossaire terminologique ; l’organisation de l’expertise scientifique, sa transparence et son objectivité Les autres intervenants (A. Tchoubariane directeur de l’Institut d’histoire générale, F. Voïtolovski directeur de l’Institut d’économie mondiale et de relations internationales, E. Kojokine vice-recteur scientifique de l’Institut d’État des relations internationales de Moscou) ont successivement insisté sur l’importance de la diplomatie scientifique.
  • 24/04 : A. Kaprine élu président de l’Association des directeurs de centres et instituts d’oncologie et de radiologie-X des pays de la CÉI et d’Eurasie (ADIOR). Directeur général du centre de recherche médicale national en radiologie (NMITs radiologii), il succède à Mikhaïl Davydov, qui s’est retiré en novembre 2017. L’ADIOR a été créée en 1996 à l’initiative de N. Trapeznikov, directeur de l’institut d’oncologie Blokhine.
  • 24/04 : La tentative de blocage de Telegram par le gouvernement, qui a bloqué près de 18 millions d’adresses IP, a entravé l’accès aux publications, selon le conseil de la Société des travailleurs scientifiques (ONR) dans une lettre ouverte au Premier Ministre ; le Conseil pour la science du MinObrNaouki s’est plaint également des interruptions d’accès . Prenant comme exemples Elsevier, GoogleScholar, ResearcherGate, le bio-informaticien M. Guelfand relate que certains collègues sont passés par Telegram pour obtenir ces textes.
  • 27/04 : Interview du directeur du RFFI O. Béliavski sur les concours récemment lancés sur les aspects législatifs du développement scientifique et technologique. Ils visent l’adaptation aux programmes de recherche internationaux et au fonctionnement des infrastructures de recherche, particulièrement en génétique humaine, ou encore en intelligence artificielle .

Actualité en sciences, technologie, innovation

  • 04/04 : Des chercheurs du Centre scientifique de Krasnoïarsk de la Branche sibérienne de la RAN en partenariat avec des chercheurs de l’Institut d’ingénierie énergétique de Moscou (MÈI) et de l’Université technique d’État de l’automobile et des autoroutes de Moscou, annoncent avoir développé une technologie qui permettrait de multiplier la durée de vie de l’acier par cinq à l’aide d’un nanomatériau utilisé comme un noir de carbone fixé au laser. Un changement de la structure de la surface du métal est obtenu avec l’augmentation de la puissance de traitement laser.
  • 14/04 : V. Poutine soutient l’idée de S. Sobianine, maire de Moscou, de création d’un Pôle de recherche et production à Moscou, structure et système d’information unique visant à faciliter la mise en relation des différents acteurs impliqués dans la chaine d’innovation à Moscou (des instituts fédéraux et régionaux aux industries et aux acteurs privés). L’idée originale est ressortie de discussions entre le maire de Moscou et le ministère de l’Industrie et du commerce.
  • 16/04 : Premiers essais cliniques au monde de bactériophages en gélules, par la Holding Microgen de la Corporation d’État « Rostekh ». Ce médicament « universel » permet de lutter simultanément contre plusieurs agents pathogènes, et pourrait être appliqué à la lutte contre les infections ORL, chirurgicales et urogénitales, ainsi que plusieurs maladies septiques et pyo-inflammatoires généralisées des nouveau-nés.
  • 22/04 : Projet pour la création fin 2018 d’une éolienne verticale par l’Université fédérale d’Extrême-Orient (Vladivostok), adaptée pour le marché des particuliers.
  • 24/04 : L’enseigne française de grande distribution Leroy Merlin, présente en Russie depuis 2004 avec aujourd’hui 75 hypermarchés répartis dans tout le pays, lance en partenariat avec l’accélérateur gouvernemental FRII, un programme d’accélération de start-ups dans le secteur du commerce de détail. Les start-ups ciblées développent des services utilisant les données massives et l’apprentissage automatique, proposant des solutions pour automatiser et robotiser les processus métier, les technologies logistiques (livraison, transport long courrier), ainsi que des services qui permettent d’optimiser les processus internes de gestion. Les start-ups sélectionnées seront encadrées par les deux partenaires et seront éligibles à un investissement compris entre 40 000 et 400 000 dollars.
  • 27/04 : Finale de l’accélérateur de projet « Generation S ». Les 3 projets retenus se sont partagés 16 M·RUB (210 k€) : un algorithme pour la conduite assistée par faible visibilité ; un packer hydraulique pour le forage ; un logiciel de modélisation 3D pour « jumeaux numériques ».

Retrouvez le Service scientifique de l’Ambassade de France en Fédération de Russie :

PLAN DU SITE