Science et technologie : bulletin d’octobre et novembre 2018

Russie

Russie
16 janvier 2019

Actualités en sciences, technologie, innovation

  • 01/10 : AERONAUTIQUE : L’institut central d’aérohydrodynamique, N.Y. Joukovski (TsAGI), élabore actuellement un projet d’avion de transport civil hypersonique équipé de moteurs à hydrogène liquide.
  • 03/10 : ENERGIE / AUTOMATISATION : Les nouvelles sources d’énergie pour les appareils mobiles et la robotique (y compris les drones) seront développées au Centre de compétences de l’Initiative technologique nationale (NTI) sur les technologies des sources d’énergie nouvelles et mobiles (Institut des problèmes physico-chimique de la RAS - IPCP RAS - à Tchernogolovka). Selon le directeur du centre, les modes de génération d’énergie mobiles les plus prometteurs à horizon de 5 ans sont les sources électrochimiques tandis qu’à un horizon de quinze ans les développements les plus intéressants seraient les sources bioélectrochimiques.
  • 04/10 : ENERGIE / ROBOTIQUE : Un complexe robotique pour le diagnostic des lignes électriques a été développé par le « Laboratoire du futur » (intégré au cluster informatique de la fondation Skolkovo) à l’Université fédérale de l’Oural (Iekaterinbourg). Il analysera l’état de 185 kilomètres de lignes de transmission au Nigeria et au Ghana dans le cadre d’un accord passé avec la société Metikon Engineering Limited. Les travaux débuteront en novembre. Une lettre d’intention a aussi été signée par le Laboratoire russe avec Prasanna Technologies Pvt Ltd qui implique l’organisation de présentations de l’Université fédérale de l’Oural en Inde et la participation à des appels d’offres pour des projets pilotes. Le projet, appelé Kanatohod permet de surveiller et de localiser à distance les dommages éventuels sur les lignes électriques (scan de l’itinéraire, création d’une carte, détection des défauts structurels, enregistrement et transmission des données) et à l’avenir peut-être même de les réparer. Kanatohod est encore en phase d’essai auprès de la société MRSK Oural - PAO ROSSETI (spécialisée dans la distribution d’électricité).
  • 04/10 : CHIMIE / BIOLOGIE / INDUSTRIE PETROGAZIERE : Des microbiologistes de l’Institut d’écologie et d’utilisation rationnelle des ressources naturelles de l’Université d’Etat de Tioumèn ont découvert des microorganismes oxydant les hydrocarbures dans les sols situés à proximité des torchages dans les champs pétrolifères du nord de la région. Ces bactéries pourraient être utilisées à des fins de restauration de sols et zones aqueuses contaminées aux hydrocarbures.
  • 07/10 : ASTRONOMIE : Des scientifiques des principaux observatoires russes de la RAS (notamment l’Observatoire spécial d’astrophysique de la RAS situé en Karachaievo-Tcherkessie) proposent de construire un télescope d’observation à grand angle avec un miroir de 4 mètres. Le projet devrait permettre de prévoir l’approche d’astéroïdes dangereux pour la Terre, ainsi que de mener des travaux de prospection, déchargeant partiellement le Grand télescope russe à azimut.
  • 08/10 : ARCTIQUE : Selon le directeur adjoint de l’Institut d’océanologie. P.P. Chirchov de la RAS, Mikhaïl Flint, les mesures effectuées lors de l’expédition du navire de recherche Akademik Mstislav Keldysh (qui s’est déroulée du 17 août au 20 septembre dernier en mer des Laptev et mer de Kara) les scientifiques embarqués n’auraient relevés aucune fuite de radiation dans les zones de sites de stockage de déchets radioactifs dans la mer de Kara (le stockage des déchets radioactifs associé au fonctionnement du parc nucléaire militaire et civil s’est déroulé de 1955 au début des années 90). Toujours selon les résultats de cette même expédition, les rejets de méthane enregistrés dans la mer des Laptev n’auraient pas d’incidence sur les mécanismes impliqués dans le changement climatique.
  • 08/10 : ARCTIQUE / PERGELISOL : Des chercheurs de l’Institut de la cryosphère terrestre du Centre scientifique de Tioumen (Centre de recherche de Tioumen) de la BS RAS lancent un projet pour étudier l’impact du changement climatique observé sur les tourbières du district autonome Iamalo-Nenets. Le résultat de ces travaux sera un modèle théorique de l’influence des facteurs observés sur la dynamique du pergélisol de surface et la topographie des tourbières de cette partie de la Sibérie occidentale.
  • 09/10 : AERONAUTIQUE : Le Conseil scientifique et technique du FAR a approuvé le projet de développement du démonstrateur d’un avion de transport à distances de décollage et d’atterrissage ultra-courtes et fonctionnant avec un moteur hybride. Le premier vol du démonstrateur est prévu pour 2022.
  • 10/10 : ENERGIE : Des scientifiques de l’Université Polytechnique de Saint-Pétersbourg auraient mis au point une technologie permettant de réduire les émissions de « substances nocives » (oxyde d’azote et oxyde de soufre) des centrales thermiques de 70 %. Il s’agirait d’une amélioration de la méthode de combustion par vortex (au moyen d’une orientation différente des brûleurs) des combustibles solides de centrales thermiques. Cette technologie serait déjà en phase de test. Selon son inventeur, elle pourrait être mise en place au sein des centrales à l’occasion de travaux simples et peu coûteux et le débit de vapeur des chaudières dans des dimensions identiques s’en trouverait augmenté.
  • 18/10 : DETECTION BIOCHIMIQUE : Des chercheurs de l’Institut de physique et de technologie de Moscou (MIPT) et de l’Institut de physique générale A.M. Prokhorov (IOF RAS) à Moscou ont développé une méthode ultrasensible de détection rapide de composés de faible poids moléculaire. Adapté pour l’analyse biochimique, le diagnostic, le contrôle des produits de consommation, il est présenté comme plus rapide et cent fois plus efficace que ses concurrents. Il se base sur l’analyse immunochromatographique, sur base de ligands magnétiques nanométriques et bifonctionnels.
  • 19/10 : PHYSIQUE / CHIMIE : Une coopération entre l’Université fédérale de Kazan et l’Université pétrolière du Sud-ouest (Chine) propose un modèle de propagation d’une combustion in-situ du pétrole, décrivant la réaction en chaîne qui peut se mettre en place après contact avec l’oxygène.
  • 19/10 : INFORMATIQUE : La société Avtomatika (corporation d’Etat Rostec) lance la production en série de l’Elbrous-804, le plus puissant serveur russe, s’appuyant sur quatre processeurs Elbrous-8S à huit cœurs. Conçu pour un calcul sécurisé (adressage mémoire fiable), ce processeur est destiné au marché des entreprises d’État et stratégiques. Le serveur monte à 920 Gflops en pointe, en simple précision. Il est déployé sur système d’exploitation « OS Elbrous », une distribution de Linux.
  • 22/10 : TERAHERTZ : Des chercheurs de l’Institut de cinétique chimique et de la combustion V.V. Voïévodski (IKhKG BS RAS) et de l’Institut de physique nucléaire G.I. Budker (IIaF BS RAS) à Novossibirsk ont mis au point une méthode d’obtention de diverses nanopoudres et suspensions de laiton, de plomb ou de carbone, par rayonnement térahertz. Ce principe minimise les contaminations et les interactions avec les réactifs.
  • 23/10 : MEDECINE : La startup Laeneco de l’Université ITMO crée un stéthoscope intelligent qui, couplé à une application pour smartphone et utilisable directement par le patient, détectera des pathologies pulmonaires. L’instrument est en attente de certification, mais a déjà obtenu des gages sur le marché japonais.
  • 23/10 : PHYSIQUE / CHIMIE : Des chercheurs de l’Institut de chimie physique et d’électrochimie A.N. Froumkine, de l’EPFL (Lausanne) et de l’Université de Bern proposent un catalyseur pour l’électroréduction du CO₂ en CO plus efficace ; l’équipe y voit une piste pour lutter contre ce gaz à effet de serre.
  • 24/10 : AUTOMATISATION : Le Centre de conception Kinétika de l’Université MISiS a assemblé le premier prototype d’ « aérotaxi » à propulsion électrique, à décollage et atterrissage vertical, pour le compte de la société russe Bartini. D’un poids de 60 kg, il peut atteindre les 200 km/h (300 km/h attendus pour le modèle de série).
  • 25/10 : GUERRE ELECTRONIQUE : La société Zala Aero (Ijevsk, groupe Kalachnikov), présente un brouilleur de GPS et de Glonass, lors de l’exposition Interpolitekh-2018, pouvant être déployé par un drone, avec une portée de 5 km.
  • 25/10 : ESPACE : Les chercheurs de l’Université ITMO ont conçu un laser pour la mesure de la distance Terre-Lune, avec une précision pluri-millimétrique. L’amélioration de la mesure permettra un meilleur repérage de la constellation de satellites de navigation Glonass, et la réduction de l’incertitude des géolocalisations à 10 cm. Le laser sera installé au Centre de laser optique de l’Altaï.
  • 25/10 : ESPACE : Un radiotélescope russe sera installé sur la Lune, selon le directeur de l’Institut d’astronomie appliquée (IPA RAS, Saint-Pétersbourg) Dmitri Ivanov. Le projet, imaginé pour 2030, permettra de préciser les positionnements relatifs de la Terre et de la Lune.
  • 25/10 : PHYSIQUE / MEDECINE : L’Institut de physique appliquée (IAP RAS, Nijni Novgorod) a dévoilé un tomographe optique à cohérence pour l’imagerie microcirculatoire, permettant le suivi des mouvements des vaisseaux sanguins sans besoin d’agent de contraste. Cette coopération entre physiciens, opticiens et spécialistes du signal, en lien avec l’Université médicale de la Volga, offre des possibilités nouvelles en expérimentation biomédicale et en diagnostic clinique (angiographie), ouvrant la voie à de nouvelles méthodes de thérapie anti-cancéreuse photodynamique, au suivi de l’effet des traitements oncologiques dès les premières 24 h et à une radiothérapie à risques amoindris.
  • 25/10 : MATERIEAUX : Une synthèse sous presse à haute température permettant de combiner des propriétés métalliques et céramiques est l’objet d’une étude de l’Université MISiS et de l’Institut de macrocinétique structurelle et des problèmes de génie des matériaux A.G. Merjanov (ISMAN, Tchernogolovka, région de Moscou) qui a développé une nouvelle méthode d’obtention de phases MAX (composés hexagonaux d’un métal de transition, d’un élément du groupe A et d’un carbone ou azote). La méthode en une étape, basée sur la synthèse autopropagatrice et le cisaillement sous pression, permet d’obtenir un Ti₃AlC₂ rapidement à des concentrations satisfaisantes.
  • 28/10 : AUTOMATISATION / AGRICULTURE : La société NPO automatique académicien N.A. Sémikhatov, qui dépend de Roskosmos, a expérimenté une moissonneuses-batteuses sans pilote. Le directeur de Roskosmos Dmitri Rogozine y voit la fin du métier de conducteur de ces engins.
  • 31/10 : TECHNOLOGIES QUANTIQUES : Le centre de compétence de l’Initiative technologique nationale (NTI) de communications quantiques ouvre à MISiS. Y participent également le Centre quantique russe, l’Institut de mathématiques V.A. Stéklov, l’Académie russe de l’économie nationale et du service public auprès du Président de la Fédération de Russie, l’Université d’État de Tomsk et plusieurs PME. Il vise la constitution d’un réseau quantique, la création d’applications pour l’exploitation de l’information quantique, le développement d’instruments de chiffrage quantique etc.
  • 01/11 : CHIMIE / PHYSIQUE : L’Université d’État de Tioumèn et le Centre scientifique de Tioumèn présentent une méthode pour transporter et stocker le méthane plus efficacement, par l’ajout de nanoparticules de silice, réduisant de moitié la taille des gouttes de sa phase aqueuse et de 10 fois le temps caractéristique d’obtention des hydrates.
  • 02/11 : BOTANIQUE / ECOLOGIE : L’Institut de physiologie des plantes K.A. Timiriazev (IPP RAS) a étudié l’impact sur plus d’un siècle de rejets de la plus grande cimenterie de Russie et d’Europe sur les sols et la flore ; le principal effet à long terme sur les résineux alentour en est une carence aiguë en manganèse.
  • 04/11 : ORDINATEUR QUANTIQUE : Des chercheurs du Centre quantique russe et de l’Institut de physique et de technologie de Moscou proposent un mode de transmission quantique d’information s’appuyant sur la polarisation de la lumière.
  • 07/11 : CRISTALLOGRAPHIE / SCIENCE DES MATERIAUX : Trois chercheurs de Skoltech, de l’Institut de physique et de technologie de Moscou et de l’Université technique d’État de Samara proposent une méthode de prédiction de nouvelles structures cristallographiques, accélérant l’algorithme évolutif USPEX développé en 2005 par l’équipe d’Artiom Oganov.
  • 07/11 : BIOLOGIE / BOTANIQUE : La numérisation de l’herbier de l’Université d’État de Moscou, dénommé « Arche de Noé », débutée en 2015, est achevée. Avec ses 1 041 000 exemplaires, c’est le huitième herbier numérique au monde.
  • 12/11 : MICROBIOLOGIE / ARCTIQUE : L’activité humaine modifie les communautés bactériennes autour des stations arctiques et antarctiques, qui en retour peuvent dégrader la santé des personnes y travaillant. Des chercheurs de Saint-Pétersbourg ont étudié les microbiotes à Barentsburg au Spitzberg, ainsi que sur les navires d’exploration parcourant la voie maritime du Nord et en Antarctique, et ont noté une diversité accrue au contact des humains.
  • 14/11 : INFORMATIQUE : Nouvelle édition du concours Chivas Challenge, créé en 2017 par le groupe Pernod Ricard Rouss, visant les projets de startups russes dans l’intelligence artificielle, l’internet des objets et la réalité virtuelle ou augmentée, et doté de deux prix de 4 et de 1 milliard de roubles. L’échéance en est le 15/12/2018, pour une finale le 18/04/2019.
  • 14/11 : CHIMIE : L’Institut de la catalyse G.K. Boreskov et l’Université d’État de Novossibirsk dévoilent un équipement de préparation des sondes pour l’analyse radiocarbone, permettant une spectrométrie de masse plus rapide. Le principe en est une séparation du CO₂ du flux des produits de combustion plus rapide grâce à un sorbant de CaO.
  • 14/11 : MEDECINE : Miraculum, le premier médicament immunothérapeutique russe, développé par la société Biokad à partir d’anticorps PD-1, a donné d’encourageants résultats cliniques contre les mélanomes, conduisant à une réduction ou disparition des foyers tumoraux sur 44% des patients.
  • 16/11 : ARCTIQUE : Publication par une équipe dirigée par un chercheur de l’Université d’État de Moscou d’une base du niveau marin de l’Arctique russe sur 24 000 ans, regroupant 385 points de mesure.
  • 28/11 : RESSOURCES HALIEUTIQUES : Le Centre scientifique national de biologie marine de Vladivostok a constitué une base génétique de poissons invertébrés du Pacifique. Celle-ci permettra de définir l’espèce dont provient un fragment d’organisme, par exemple dans le cadre de la lutte contre la fraude aux produits alimentaires.
  • 28/11 : INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : Une équipe internationale, majoritairement moscovite, a entraîné un réseau de neurones pour la reconnaissance de l’âge d’une personne sur la simple base de photographies de son œil, avec une marge d’erreur de 2 à 3 ans.

Politique de recherche

  • 05/10 : Le ministre du développement de l’Extrême-Orient, Alexandre Kozlov, a échangé avec le président de la RAS, Alexandre Sergueïev, sur le développement de la science en Extrême-Orient. A l’issue de la réunion, il a proposé à la RAS de travailler sur une « feuille de route » pour le développement de programmes scientifiques en Extrême-Orient et de lui soumettre prochainement ses propositions. Selon A. Sergueïev, il est possible de créer en Extrême-Orient un centre de recherche national travaillant sur les thématiques de la recherche en océanologie, sur le génie génétique et sur le développement de technologies utilisant les énergies alternatives. Il a également informé le ministre des possibilités de développer en Extrême-Orient l’initiative Megascience.
  • 05/10 : Le ministère de l’Éducation et des Sciences a formulé des recommandations sur la gestion des problématiques de propriété intellectuelle. Le ministère a indiqué que les universités et les instituts de recherche sont invités à choisir de manière indépendante un modèle pour garantir les droits sur les « résultats de l’activité intellectuelle » (tous les droits peuvent être attribués à l’organisation ou à leur auteur), tant que la procédure respecte la législation nationale. Le Ministère de la science et de l’enseignement supérieur recommande par ailleurs de prendre en compte le financement de la propriété intellectuelle et de prévoir un budget, entre autres pour mener des recherches en vue de brevets, identifier les domaines de travaux scientifiques prometteurs et stimuler le travail créatif et inventif.
  • 08/10 : Selon le président de la RAS, Alexandre Sergueiev, l’Académie envisage d’ouvrir un bureau de représentation en France, en Allemagne et en Chine. L’annonce a été faite lors d’une réunion conjointe du Conseil de la Chambre des représentants de la Fédération de Russie et du Présidium de la RAS. A. Sergueiev a rappelé que, conformément aux amendements adoptés durant l’été sur la loi "sur l’Académie des sciences de Russie", la RAS avait gagné des prérogatives en matière de diplomatie scientifique. Il a noté l’importance du maintien des relations entre les scientifiques des différents pays en raison de la situation géopolitique complexe : « là où les liens se dissolvent en raison de la situation géopolitique, les ponts scientifiques ne devraient être que renforcés ».
  • 10/10 : Selon une étude du Haut-Collège d’Economie, le nombre des employés du secteur scientifique russes ces 10 dernières années aurait diminué de 7% pour atteindre 707 900 personnes en 2017. Cette baisse aurait touché toutes les catégories de personnel (chercheurs, techniciens, laborantins et personnels administratifs). Le nombre de chercheurs et de techniciens directement impliqués dans la R&D et constituant la majorité du personnel a diminué de 3,8% par rapport à 2008, et le personnel auxiliaire et administratif de 11,3%.
  • 10/10 : Le ministère de la science et de l’enseignement supérieur dit ne pas déceler d’écarts graves dans les salaires des chercheurs entre les différentes régions de Russie. Le ministre, Mikhaïl Kotioukov, a également nié l’existence d’un afflux de scientifiques à Moscou alors qu’un peu plus tôt, des représentants du syndicat des travailleurs de la RAS avaient pointé les effets délétères du décret présidentiel de mai 2012 qui visait à augmenter les salaires des chercheurs jusqu’à 200% du salaire moyen par région. Le salaire minimum moyen d’un chercheur à Moscou étant de 130 000 roubles et dans certaines régions seulement de 44 000, cette situation avait accentué la sur-attractivité de Moscou. Selon la RAS cette situation aurait entraîné un afflux de personnel hautement qualifié des régions vers la capitale et vers l’étranger.
  • 10/10 : Le Ministère russe de la science et de l’enseignement supérieur a annoncé la prolongation du programme Megagrant offrant la possibilité à des chercheurs russes et étrangers de conduire un projet de recherche en Russie. Le financement de ce programme est prévu dans le projet du budget fédéral pour 2019-2021. Le programme Megagrant fera partie intégrante du projet national « Science ».
  • 10/10 : Selon le ministère de la science et de l’enseignement supérieur : le financement du projet national « Science », partiellement public, sera suffisant compte tenu des activités planifiés. Le ministre M. Kotioukov a annoncé avoir préparé et soumis au gouvernement les projets fédéraux détaillant les objectifs du projet national. Le ministère parle d’un lancement des projets début 2019. Ces projets fédéraux sont en cours de discussion au sein de conseils d’experts.
    Le projet national "Science" comprendra trois projets fédéraux :
  • « Développement de la coopération scientifique et de la production scientifique », projet pour lequel le premier vice-ministre de la science et l’enseignement supérieur, Grigori Troubnikov sera responsable (dans ce cadre, cinq centres scientifiques et d’enseignement devraient être créés par an entre 2019 à 2021).
  • « Développement d’une infrastructure avancée pour la R&D en Russie », projet pour lequel le vice-ministre de la science et l’enseignement supérieur, Alekseï Medvedev, sera responsable : 50 % de la base d’instrumentation des organisations scientifiques de premier plan devrait être renouvelé d’ici 2024 (5 % de la base des instruments devrait être mis à jour en 2019, 10 % en 2020, 20 % en 2021, 30 % en 2022, 40 % en 2023, 50 % en 2024). Toujours dans le cadre de ce projet fédéral, le Centre international de recherche sur les neutrons (Gatchina) devrait entamer ses recherches sur la base d’un réacteur PIK à haut flux (2020), de même devraient débuter les recherches au Collisionneur supraconducteur à ions lourds NICA (2022). En outre, d’ici 2024, au moins cinq expériences scientifiques « de niveau mondial » devraient être menées dans des ISU en Russie.
  • « Développement des ressources humaines dans le domaine de la R&D », projet pour lequel la vice-ministre Marina Borovskaïa sera responsable et qui devrait donner lieu à plusieurs milliers de subventions individuelles aux chercheurs.
  • 26/10 : Le Premier ministre Dmitri Medvedev valide les amendements aux statuts de la RAS. Ils touchent principalement le processus électoral : les candidats à la présidence de la RAS devront être avalisés par le gouvernement et le candidat élu devra être accepté par le Président de la Fédération. Le Chef de l’Etat pourra également le démettre de ses fonctions. En outre, une majorité simple, et non plus celle des deux-tiers, comme dans la version précédente du document, sera nécessaire pour l’élection.
  • 26/10 : Le syndicat des travailleurs de la RAS appelle à rendre public le financement de la recherche pour 2019, dans une lettre au ministre de la science et de l’enseignement supérieur Mikhaïl Kotioukov. Fin 2017 et début 2018, selon eux, un financement complémentaire et non-anticipé a abondé les instituts de recherche, afin que soit respecté le décret de mai 2018 du Président Poutine sur le niveau de rémunération moyen des chercheurs dans le pays ; cependant, ses volumes n’étaient pas anticipés et ont varié durant l’année, conduisant à une utilisation sous optimale des financements.
  • 26/10 : ARCTIQUE : Le Ministère de la science et de l’enseignement supérieur se dit prêt à un dialogue constructif sur le développement arctique avec les autres États de la région, selon son premier vice-ministre Grigori Troubnikov, à Berlin lors du deuxième sommet ministériel sur la recherche arctique. Il a invité ses homologues et les experts étrangers à prendre part au 5e forum international « Arctique, territoire de dialogue », qui se tiendra en avril 2019 à Arkhangelsk.
  • 27/10 : PROGRAMME 5-100 : Le conseil d’amélioration de la compétitivité des principales universités russes a rendu son évaluation des 21 participants, classés en trois groupes de niveau décroissant :
    1er groupe : Institut de physique et de technologie de Moscou (MFTI) – (Dolgoproudnyy)  ; Université fédérale de Kazan ; Université fédérale de la Baltique (Emmanuel Kant) – (Kaliningrad).
    2e groupe : Université MISiS (Moscou) ; Université russe de l’amitié des peuples (ROuDN) – (Moscou) ; Université fédérale d’Extrême-Orient - (Vladivostok) ;
    Université d’État de Novossibirsk ; 1ère Université médicale d’État de Moscou (I.M. Setchenov) ; Université de recherche nationale de Samara (S.P. Korolev) ;
    Haut Collège d’Économie (HSE) - (Moscou) ; Université polytechnique Pierre le Grand – (Saint-Pétersbourg) ; Université électrotechnique d’État de Saint-Pétersbourg (V.I. Oulianov) - (LÈTI).
    3e groupe : Université ITMO - (Saint-Pétersbourg)  ; Université polytechnique de Tomsk ; Université fédérale de Sibérie (SFOu) - Krasnoïarsk ; Université nationale de recherche nucléaire (MIFI) – (Moscou) ; Université d’État de Tioumen  ; Université d’État de Nijni Novgorod (N.I. Lobatchevski) ; Université d’État de Tomsk ; Université fédérale de l’Oural (1er président russe Boris Eltsine) – (Ekaterinbourg) ; Université d’État du Sud-Oural – (Tchéliabinsk).
  • 07/11 : PwC et RVC présentent leur rapport annuel sur l’industrie du capital-risque en Russie. Ils notent une dynamique positive de par l’amélioration substantielle de la situation macro-économique en 2017, avec une croissance de ce marché de +48% pour atteindre 243,7 millions de dollars. Le nombre de subventions en 2017 a cependant baissé : 4 558 attribuées en 2017 pour un total de 88,5 millions de dollars, contre 4 651 et 121,4 millions de dollars en 2016. Les principaux fonds de subvention restent la FASIE et le fonds Skolkovo.
  • 10/11 : Le ministère de la science et de l’enseignement supérieur estime à 220 milliards de roubles sur 8 ans le soutien nécessaire au développement de la génétique, selon le projet de programme fédéral S&T, avec 84% provenant du budget de l’État. Un réseau de laboratoires devrait être créé, ciblant en partie l’ingénierie du génome et son application en agriculture, espérant ainsi accroître la compétitivité des entreprises du secteur et l’autonomie de la recherche russe face aux équipements scientifiques étrangers. La responsabilité opérationnelle est confiée à plusieurs ministères, agences et universités ; l’expertise scientifique est assurée par l’Institut Kourtchatov.
  • 12/11 : Alexandre Khlounov, directeur général du Fonds scientifique russe, est reconduit dans ses fonctions. Le décret présidentiel le prolonge pour un deuxième mandat de cinq ans.
  • 14/11 : L’un des buts du futur projet national « Science » est la préservation de l’intégrité territoriale du pays, selon le premier vice-ministre Grigori Troubnikov. La concentration croissante de la recherche dans les deux capitales russes a comme effet pervers de se priver d’un développement équilibré des territoires. Alexandre Serguéiev, le président de la RAS, soutient cette position. Il cite nommément les oléagineux pour l’industrie du parfum, y compris française.
  • 14/11 : Vladislav Pantchenko, président du Fonds russe pour la recherche fondamentale, est nommé à la tête du comité pour l’analyse systémique de la RAS, à la suite de Vladimir Kotliakov. Le comité a trois tâches : scientifique (identifier les orientations prometteuses de recherche interdisciplinaire), intégrative (insérer la recherche russe dans l’écosystème mondial), nationale (effectuer des projets de recherche répondant aux intérêts de l’État).
  • 15/11 : L’assemblée générale de la RAS a été l’occasion de faire un point sur les différents chapitres de science et technologie, déclinés selon la Stratégie S&T.
    • Domaine de l’énergie : L’ancien président de la RAS Vladimir Fortov a souligné l’état de l’équipement scientifique dans le domaine (vieillissant pour 60%, voire détérioré pour un tiers) et la dépendance aux technologies étrangères pour l’extraction d’hydrocarbures. Les participants ont proposé plusieurs pistes, de l’intensification de l’exploration pétrogazière à celle de l’exportation de centrales nucléaires de faible puissance.
    • Transition numérique : les supercalculateurs ont été largement débattus, en particulier dans le cadre de la modélisation pour le développement en aéronautique ou le projet russo-biélorusse « Skif-Nédra » de traitement en géophysique pour l’exploitation pétrolière.
    • Technologies socio-humaines : l’apport des SHS aux grands enjeux de société est souligné. Sont cités les points suivants (dans la formulation de l’article) : chômage, sécurité nationale, préservation de l’identité nationale, défis climatiques et environnementaux, baisse de population, usage de peuples sans nation par des puissances comme vecteurs d’influence.
    • Sécurité : la lutte contre la tuberculose et la bio-résistance forme le principal enjeu en termes de menaces (biogènes, technogènes, socio-culturelles) ; une tuberculose multirésistante pourrait être catastrophique, quand 60% de la population russe héberge à l’état latent le bacille de Koch (tuberculeux). Le prochain examen par le gouvernement de la loi fédérale sur la biosécurité, ainsi que la contamination du milieu naturel par des bio-organismes de synthèse ont également été évoqués.
    • Médecine du futur : citant les opérations d’ablation de tumeurs, les académiciens appellent à la conception de robots-chirurgiens. L’usage de virus oncolytiques ainsi que le séquençage génomique à bas coût ont été également discutés. L’articulation du génie génétique avec la législation et la bioéthique doit être clarifiée.
    • Connectivité et mise en valeur du territoire : les académiciens ont débattus de l’avenir des appareils volants, des nouvelles versions de dirigeables aux voitures volantes. La maîtrise spatiale russe est un atout pour l’étude du pays et l’organisation de la mobilité.
    • Agro-technologies : discussions sur l’étude méta-génomique des sols, la sélection de nouvelles variétés, les véhicules sans pilote dans le cadre du projet d’« agriculture numérique » ou encore la prévision météorologique. Les méthodes d’agriculture douce ont aussi été évoquées.
  • 12/11 : Le Président de la RAS critique les licenciements de masse dans plusieurs instituts académiques, dans le but d’atteindre artificiellement les objectifs du « décret de mai » présidentiel, selon lequel le salaire des chercheurs doit atteindre le double du salaire régional moyen.
  • 12/11 : Pour obtenir des prix Nobel russes, Alexandre Sergueïev recommande de développer des infrastructures d’expérimentations afin de pouvoir éprouver les idées des chercheurs, sans besoin d’en partager la paternité avec les expérimentateurs étrangers.
  • 16/11 : Le tribunal de Moscou intime l’ordre à Roskomnadzor (agence pour les télécommunications) de bloquer l’accès à Sci-Hub en Russie. Le portail fondé par Alexandra Elbakiane en 2011 met à disposition gratuitement et de manière présumée illégale 65 millions d’articles scientifiques.

Vie des Institutions

  • 24/10 : AERONAUTIQUE : OAK (corporation unifiée de construction aéronautique) passe sous contrôle de la corporation d’État Rostec par décret présidentiel, validant un transfert de 92,3% des actions, sous 18 mois. Rostec avait investi au capital 30 milliards de roubles ( 400 millions d’euros) pour la création du moyen-courrier MS-21. Les experts s’interrogent sur la nécessité de Rostec de soutenir aux autres projets d’OAK, ainsi que sur les effets mécaniques des sanctions sur le montage financier ; la fusion d’OAK et d’Hélicoptères de Russie (déjà dans Rostec) est évoquée.
  • 30/10 : INFORMATIQUE : Un centre de ressources informatiques scientifiques ouvre à l’Institut des technologies du calcul (IVT BS RAS) à Novossibirsk. Ce CUC met à disposition d’une quarantaine d’instituts d’Akademgorodok des stockages d’information de près de 2,7 Po, ainsi qu’une capacité de calcul sur serveurs hybrides dévolus à la résolution par apprentissage automatique.
  • 05/11 : MATIÈRE NOIRE : L’Institut de recherches nucléaires (IIaI RAS) à Moscou annonce la construction du télescope solaire TASTE à la recherche d’axions, cette particule hypothétique introduite pour expliquer la violation de symétrie charge-parité. TASTE, prévu pour 2023, est annoncé comme trois fois plus sensible que son homologue CAST du CERN.
  • 06/11 : ARCTIQUE : annonce pour 2021 de la plateforme automotrice résistante aux glaces « Pôle nord » (Séverny polious), réalisée aux chantiers navals de l’Amirauté à Saint-Pétersbourg. Grâce à elle, l’Institut de recherche arctique et antarctique (AANII) de Saint-Pétersbourg pourra mener des études aux hautes latitudes durant toute l’année. Elle sera dotée de deux ans d’autonomie en carburant, prévue pour 25 ans d’exploitation et pourra accueillir 14 membres d’équipage et 48 chercheurs, en géologie, acoustique, géophysique et océanologie.
  • 06/11 : INFORMATIQUE / LOGISTIQUE : Rostec et RJD (chemins de fer russes) lancent un projet dans le cadre du programme de « développement de l’économie numérique » de suivi du transport de fret ferroviaire. Le premier ministre Medvédev a chargé ses deux vice-premiers ministres Borissov et Akimov d’élaborer en concertation avec ces entreprises, sous deux semaines, un plan d’action pour un système unifié de logistique numérique en lien avec Glonass. Le système devrait accélérer les transits internationaux, informer des défauts sur les produits convoyés et améliorer leur gestion assurantielle.
  • 08/11 : Le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement) et le Présidium de la RAS signent un accord-cadre. Le président de la RAS, Alexandre Serguéiev y voit l’annonce de l’extension des attributions de l’académie. À cette occasion, la Présidente du Conseil de la Fédération Valentina Matvienko appelle à la création de représentations régionales de l’académie, pour éviter la concentration des responsabilités et des moyens dans une « Académie du périphérique moscovite ».
  • 09/11 : EXPLOITATION PETROLIERE : L’Université d’État de Moscou et la société pétrolière Saudi Aramco signent un accord pour la création d’un centre de recherche. Sa réalisation est confiée à la société Innopraktika, dépendant de l’université. Le centre portera sur l’exploration des hydrocarbures et le traitement des données afférentes par supercalculateurs.

PLAN DU SITE