Cédric Villani, Médaille Fields, soutient le projet de GDRE en Mathématiques en Roumanie

Roumanie

Actualité
Roumanie | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
26 mai 2016

La mi-mai a vu la venue à Bucarest du professeur et lauréat de la médaille Fields en 2010, Cédric Villani. Présent durant quatre jours afin de parler de son dernier livre « Les rêveurs Lunaires », le professeur Villani en a profité pour soutenir la mise en place d’un Groupement de Recherche Européen (GdRE) dans le domaine des mathématiques.

Professeur des universités à l’Université Claude-Bernard de Lyon 1, directeur de l’Institut Henri-Poincaré à Paris, professeur invité dans les instituts de mathématiques les plus prestigieux au monde (USA, Japon…), Cédric Villani a obtenu la médaille Fields, l’équivalent du prix Nobel en mathématiques, en 2010.

Pour la parution de son livre « Les Rêveurs Lunaires », nouvellement traduit en Roumain, le « Lady gaga » des Mathématiques comme l’ont surnommée certains journalistes, était présent à Bucarest du 17 au 19 mai 2016 où il a présenté ses ouvrages de vulgarisation scientifique1. Le professeur Villani s’est volontiers livré à des séances de dédicaces et des interviews pour les médias lors de ces différentes conférences devant des parterres de lycéens, d’étudiants, d’universitaires et de scientifiques venu l’écouter avec enthousiasme. Afin de marquer leur respect au grand scientifique, différentes institutions l’ont récompensé par des titres honorifiques. Il a ainsi été fait Doctor Honoris causa par l’université Politechnica de Bucarest et a reçu le diplôme du mérite de l’Académie Roumaine lors de sa visite à l’Institut des Mathématiques (IMAR), faisant de lui le deuxième mathématicien après George Lusztig à recevoir cette distinction.

Cédric Villani a aussi mis son expertise scientifique au service du développement des mathématiques et du maintien de la coopération franco-roumaine en Roumanie. Les écoles et chercheurs en mathématiques français et roumains entretiennent des liens étroits depuis de nombreuses années. Ainsi, de très nombreux professeurs et chercheurs roumains travaillent dans de prestigieuses écoles françaises et maintiennent des contacts avec leurs collègues roumains ; l’Ecole Normale Supérieure de Bucarest (ENSB, où Cédric Villani fait partie du Comité Scientifique) entretien une relation étroite avec les ENS Françaises, la Fondation de Mathématiques Jacques Hadamard et la Fondation des Sciences Mathématiques de Paris ; tous les 2 ans et ce depuis 13 années, le « Colloque Franco-Roumain en Mathématiques Appliquées » est organisé dans l’un des deux pays et enfin, il est important de souligné l’activité très dynamique et productive du Laboratoire Européen Associé (LEA) CNRS Math-Mode de 2008 à 2015.

La fin de ce LEA a signé la disparition d’un instrument important de la collaboration en mathématique, qu’elle soit francophone ou non. La communauté scientifique a donc souhaité la mise en place d’une nouvelle structure institutionnelle. En réponse à cette demande, la mise en place d’un Groupe de Recherche Européen (GdRE) basé sur un partenariat entre 4 acteurs français, l’Académie Roumaine et ses deux institutions mathématiques (l’Institut « Simion Stoilow » de Bucarest et l’Institut « Octav Mayer » de Iasi) et l’Institut de Mathématiques « A. Renyi » de l’Académie Hongroise, de Budapest est en cours de discussion. La mise en place de ce GdRE a différents objectifs, le premier étant de consolider le partenariat Franco-Roumain en recherche mathématique en augmentant son importance régionale grâce à l’insertion de la composante hongroise. Le second objectif est de pouvoir proposer aux jeunes roumains une carrière dans la recherche mathématique en encourageant un flux constant de spécialistes qui ne seront que bénéfique à leur formation intellectuelle.

Le professeur Villani, qui a fait ses études à l’ENS de Paris avec plusieurs chercheurs éminents roumains en mathématiques et qui connaît bien la communauté mathématique roumaine, a fortement soutenu cette proposition et n’a pas hésité à mettre en avant la place importante qu’ont les mathématiques dans notre société actuelle. Une étude récente commandée par l’Union Européenne a montré que les mathématiques contribuent à environ 15% de la richesse nationale dans des pays comme la France ou le Royaume-Uni et ont un impact direct sur 10% des emplois.

1 « Théorème Vivant » aux Editions Grasset et « Les Rêveurs Lunaires : Quatre génies qui ont changé l’Histoire » aux Editions Gallimard.

PLAN DU SITE