Le Portugal à la conquête de l’espace.

Portugal

Actualité
Portugal | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Big Data
9 mars 2018

Le gouvernement a approuvé un ensemble de mesures ayant pour objectif commun d’aider le Portugal à se faire une place dans le secteur spatial. Outre la Loi sur l’Espace promulguée, le Conseil des Ministres, qui s’est tenu jeudi 15 février à Matosinhos, a également confirmé le lancement de la stratégie spatiale nationale (Portugal Espaço 2030) et les conditions d’installation du Centre international de recherche de l’Atlantique (AIR Center) qui avait été établi en novembre lors d’une réunion à Florianópolis (Brésil).

Le thème du Conseil des Ministres était la science et l’innovation et « l’offensive » a été menée sur plusieurs fronts. Ainsi dans le but de préparer le pays aux défis du futur, le gouvernement a défini une stratégie à moyen et long terme visant à la convergence du pays vers une Europe de la connaissance d’ici 2030, comme l’indique le communiqué du gouvernement, précisant que cela concerne principalement les domaines de l’enseignement supérieur, de la science et de l’innovation.

L’objectif des mesures approuvées ce jeudi 15 février, visant à renforcer la capacité de recherche et développement (R&D), l’intégration des connaissances dans l’économie et la qualification des ressources humaines, est d’atteindre un investissement global de 3% du PIB dans la R&D d’ici à 2030. Le communiqué précise qu’un tiers de l’investissement sera assuré par le secteur public et deux tiers par le secteur privé. L’objectif pour 2020 est d’atteindre 1,8% du PIB d’ici 2020 (celui-ci était de 1,3% en 2016).

En matière de sciences, la thématique principale abordée lors de conseil a été l’Espace, avec l’avancée des mesures annoncées depuis quelques temps. La stratégie « Portugal Espace 2030 », par exemple, avait été annoncée en juin 2017 ; l’un de ses aspects était déjà la création de la Loi sur l’Espace, capable de réguler l’activité liée à ce secteur. Jeudi 15 février, huit mois après l’annonce du Ministre des Sciences, de la Technologie et de l’Enseignement Supérieur, Manuel Heitor, le Conseil des Ministres a accepté de faire avancer les nouvelles règles pour la conquête de l’espace. La loi établit ainsi le régime d’accès et d’exercice des activités spatiales.

La résolution approuvée par le Conseil des ministres note que « l’écosystème des entreprises portugaises a réalisé un rendement économique de plus de 120% au cours de la dernière décennie, impliquant une main-d’œuvre totale de plus de 1400 personnes, dont 300 ingénieurs hautement qualifiés, générant un chiffre d’affaires directement lié aux technologies spatiales d’environ 890 millions d’euros entre 2006 et 2015 ».

Illust:521.5 ko, 740x488

La Péninsule Ibérique vu de l’espace


ESA/NASA

Le document indique également que le secteur des industries spatiales est actuellement en pleine évolution, avec l’émergence au niveau international de nombreux acteurs privés et de nouveaux modèles commerciaux. Une situation propice à l’attraction de financements privés, notamment dans le lancement et l’exploitation de micro et nano-satellites, avec des développements qui ont démocratisé l’accès aux orbites de basse altitude et synchronisées avec le Soleil. Selon le Ministre, cette tendance ouvre de nouvelles opportunités pour le Portugal, ainsi que pour d’autres petits et moyens pays, en particulier dans la production et l’utilisation de données d’observation de la Terre pour les activités sociales et économiques.

La version préliminaire publiée en 2017 de la stratégie « Portugal Espace 2030 » faisait déjà référence au développement potentiel d’un port spatial de nouvelle génération aux Açores (censé faire partie du projet « AIR Center ») ; le document désormais actualisé renforce maintenant cette idée en se référant à son "emplacement unique dans l’Atlantique" particulièrement adapté à l’installation et à l’exploitation de services de lancement de satellites.

Selon le document, sa position sur le territoire de l’Union européenne, avec une couverture océanique étendue sur plus de 1500 kilomètres dans toutes les directions, offre des avantages absolument uniques pour la promotion et le développement de nouvelles industries spatiales, notamment par le renforcement continu des infrastructures la surveillance par satellite et, surtout, l’installation de nouveaux services de lancement de satellites respectueux de l’environnement et sûrs. Cette ambition inclut le potentiel d’implantation d’un port spatial ouvert à tous les acteurs et opérateurs internationaux, une initiative sans précédent dans le monde.

La nouvelle stratégie de la loi pour l’Espace attribue différentes missions à différentes directions. Le Ministre de la Planification et des Infrastructures est ainsi chargé, en coordination avec les gouvernements régionaux des Açores et de Madère, d’ajuster les fonds structurels et les programmes de financement public pour le développement et le renforcement des capacités du secteur spatial. Cette mesure a été prise dans le but de voir l’investissement dans le secteur être multiplié par cinq au cours des cinq prochaines années. Le Ministre des Affaires Etrangères quant à lui, en coordination avec le Ministre de la Mer, devrait renforcer l’internationalisation de la « Stratégie Portugal Espace 2030 », en particulier dans le cadre de la coopération européenne et les activités des agences exécutives de la Commission européenne et L’Agence Européenne du Système de Positionnement par Satellites (GNSS) et l’Agence Européenne pour la Sécurité Maritime.

Le Ministre des Sciences a la plus longue liste des tâches à accomplir. Il coordonne par exemple la diffusion et la promotion d’un rapport de l’Université du Texas à Austin (USA), publié le même jeudi par le journal Publico sur l’installation de services de lancement de satellites aux Açores en collaboration avec le gouvernement Régional des Açores. Il est également chargé de coordonner la contribution du Portugal à l’Agence Spatiale Européenne (ESA), en collaboration avec les ministres de la planification et de l’infrastructure et de l’économie, pour « accroître la contribution actuelle d’ici à 2020 », entre autres tâches de promotion du Portugal afin d’attirer l’investissement privé.

Egalement à noter la création d’un groupe de travail (appelé « Portugal Espaço 2030 »), qui, entre autres choses, a la tâche d’exécuter la stratégie « Portugal Espace 2030 » et devra présenter d’ici la fin de l’année de 2018, une proposition concernant la création, l’installation, le financement et l’opérationnalisation de l’Agence Spatiale Portugaise.

Ce groupe de travail lancera également, d’ici la fin de l’année 2018, en collaboration avec le gouvernement régional des Açores, un appel d’offres international pour l’installation éventuelle de services de lancement de satellites aux Açores basée sur l’Université du Texas à Austin et des études en cours développées par l’intermédiaire de l’ESA.

Toujours dans le domaine de l’industrie spatiale, le gouvernement a approuvé d’autres mesures et a validé la Déclaration de Florianópolis signée en novembre qui officialisait la création de l’AIR Centre avec la présentation de sa commission d’installation. Le Portugal, le Brésil, l’Espagne, l’Angola, le Cap-Vert, le Nigeria, l’Uruguay, Saint Tomé-et-Principe et le gouvernement régional des Açores sont les pays fondateurs de ce projet qui compte également sur la participation du Royaume-Uni et de l’Afrique du Sud en tant que pays observateurs. La tâche de la commission est de « définir un plan financier et la mise en œuvre de cette plate-forme internationale et intergouvernementale ».

Source :

Rédacteur : Amaury HOCQUET, Chargé de coopération scientifique à l’Institut Français du Portugal amaury.hocquet[at]ifp-lisboa.com

PLAN DU SITE