Panorama des nouveautés dans l’enseignement supérieur polonais

Pologne

Actualité
Pologne | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
27 novembre 2018

AI, MOOC et centres de transfert technologique : panorama des nouveautés dans l’enseignement supérieur polonais

Lancement d’une nouvelle plateforme MOOC (Massive Open Online Course) des universités polonaises

A l’instar de la France et sa plateforme FUN – MOOC des universités françaises et à l’initiative du Ministère de la science et de l’enseignement supérieur et la Fondation des Jeunes Scientifiques, la Pologne a lancé sa première plateforme de cours d’universités en ligne.

La plate-forme est basée sur la plateforme open source OpenedX créée par deux universités américaines : le MIT et l’Université d’Harvard.

Jusqu’à présent, quatre cours sont proposés sur la plate-forme. Pour élargir la base de cours le Centre national pour la recherche et le développement (NCBR), opérateur de la recherche appliquée, a annoncé mardi le lancement d’un concours intitulé "Cours MOOC". Il permet aux établissements d’enseignement supérieur publics et privés de proposer des cours de formation destinés à apparaître sur la plate-forme. L’appel est ouvert du 30 novembre 2018 au 25 janvier 2019 et est doté d’une enveloppe de 10 millions de PLN.

Site web de la plateforme

Stratégie Intelligence Artificielle Polonaise

Le Ministère des Affaires Numériques a présenté le 9 novembre un rapportpréalable à l’adoption d’une stratégie de développement de l’IA. Avec ce texte, la Pologne s’inscrit, à l’instar de la France ou de l’Allemagne, dans le mouvement européen de définition de stratégies nationales dans ce domaine.

Ce rapport préconise en matière d’éducation et de formation les quatre axes suivants :

  • Former des spécialistes à la création de solutions utilisant l’intelligence artificielle. Ce volet consiste en l’adoption de mesures telles que l’augmentation du nombre de places d’étude dans le domaine de l’informatique et l’ouverture de collèges interdisciplinaires d’IA permettant la recherche et la publication dans plusieurs domaines scientifiques et favorisant la mobilité dans le pays des étudiants et des enseignants impliqués dans le développement de cette technologie.
  • Développer les compétences à la fois des acteurs économiques en capacité de mettre en œuvre les solutions d’IA et des décideurs (administration publique) afin d’accélérer les déploiements, d’augmenter la taille et d’accroître l’efficacité des entreprises de ce secteur en Pologne.
  • Former des utilisateurs d’IA. Le système éducatif polonais devrait encourager le développement universel des compétences numériques afin de soutenir l’utilisation de l’intelligence artificielle dans toutes les sphères de la vie. Cet axe nécessite d’introduire le traitement des données ou la programmation en tant qu’enjeux clés du système éducatif.
  • Adapter la main d’œuvre polonaise au progrès technologique et aux nouvelles qualifications qu’il implique. Ce volet passerait notamment par la construction d’un système de prévision des compétences tenant compte du progrès technologique et qui serait constamment mise à jour et utilisé pour mettre en adéquation la formation avec les besoins du marché du travail.

Centres de transfert technologique (CTT)

Les centres de transfert technologique opèrent à l’intersection des activités universitaires, de la recherche scientifique et du monde de l’entreprise. En Pologne, leur mise en place a eu lieu dans le cadre du programme de soutien à la commercialisation des recherches scientifiques (fonds structurels 2004-2006).

En 2018, la Pologne compte 53 centres de transfert de technologie, organisés en réseau via l’association des centres de technologie, avec un budget moyen d’environ 406 000 € principalement financés sur des fonds nationaux (50,2%) et européens (22%).

En moyenne un centre travaille avec 90 entreprises, principalement des PME locales et entre 500 et 700 personnes font appel à leurs services chaque année.

En 2017 la Pologne a déposé 469 demandes de brevets à l’European Patent Office (la France, 11e pays dans ce classement, en a déposé 10 559) et s‘est vu accordé 216 brevets soit une hausse de 20% par rapport à 2016 (la France, 4e pays dans ce classement, comptait 7325 brevets en 2017).

Consulter le rapport annuel de l’European Patent Office

Rédacteurs :
Thibaud DUBRULE, Chargé de Mission Scientifique à l’Ambassade de France en Pologne, thibaud.dubrule[at]diplomatie.gouv.fr

Lucien BODDAERT, Conseiller Sectoriel Industries-Services au Service Economique Régional de Varsovie, lucien.boddaert[at]dgtresor.gouv.fr

PLAN DU SITE