Adhésion de la Pologne au réseau de laboratoires européens de biologie moléculaire : EMBL

Pologne

Actualité
Pologne | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
17 juillet 2018

Le Sénat polonais (Senat Rzeczypospolitej Polskiej) a adopté la loi sur la ratification de l’accord portant sur l’adhésion complète de la Pologne au réseau de laboratoires européens de biologie moléculaire (EMBL). La Pologne possédait le statut de membre potentiel de l’organisation depuis 2014. Le projet de loi attend maintenant la signature du président Duda puis entrera vigueur 14 jours après. Les Etats membres apportant une contribution aux programmes de l’EMBL ont accès à tous les services et sont associés à toutes les décisions importantes prises au sein du Conseil de l’EMBL concernant son organisation et ses activités. La Pologne pourra également faire une demande pour l’ouverture d’un centre de l’EMBL sur son territoire.

Structure de l’EMBL

L’EMBL est une organisation intergouvernementale créée en 1974 par dix pays fondateurs : l’Autriche, le Danemark, la France, l’Allemagne, Israël, l’Italie, les Pays-Bas, la Suède, la Suisse et le Royaume-Uni.

Cet institut est hébergé dans six sites en Europe dont l’expertise couvre l’ensemble du spectre de la biologie moléculaire :

• Barcelone (Espagne) : « Tissue biology and disease modelling »
• Grenoble (France) : « Structural biology »
• Hinxton (Royaume-Uni) : « European bioinformatics institute »
• Rome (Italie) : « Epigenetics and neurobiology »
• Hambourg (Allemagne) : « Structural biology »
• Heidelberg (Allemagne) : « Main laboratory/General information »

De nombreux groupes de recherche de l’EMBL ont reçu de prestigieuses subventions de l’European Research Council (ERC).

Depuis 1974, 15 États ont rejoint l’EMBL : la Finlande (1984), la Grèce (1984), la Norvège (1985), l’Espagne (1986), la Belgique (1990), le Portugal (1998), l’Irlande (2003), l’Islande (2005), la Croatie (2006), le Luxembourg (2007), la République tchèque (2014), Malte (2016), la Hongrie (2017), la Slovaquie, la Pologne et le Monténégro (2018). L’EMBL compte également deux membres associés non européens : l’Australie et l’Argentine.

Les États membres sont représentés au Conseil de l’EMBL par, au maximum, deux délégués.

Rôle de l’EMBL

Parmi les objectifs de l’EMBL, on compte la réalisation de recherches scientifiques dans le domaine de la biologie moléculaire, la formation du personnel scientifique à tous les niveaux, la fourniture de services scientifiques aux États membres et la participation active au transfert de technologie.

La recherche au sein de l’EMBL se concentre sur un objectif stratégique central : la compréhension fondamentale des processus biologiques de base dans les organismes modèles. Dans les premières décennies après la création de l’EMBL, la biologie moléculaire était une science réductionniste composée de nombreuses sous-disciplines. Aujourd’hui cette science étudie et tente de comprendre les phénomènes et les systèmes biologiques dans toute leur complexité. Cela nécessite un engagement envers la recherche collaborative et interdisciplinaire.

La biologie moléculaire en Pologne

En Pologne la biologie moléculaire est principalement dirigée par l’institut international de biologie cellulaire et moléculaire (IIMCB). Il a été créé en 1997 dans le cadre d’un accord international entre l’UNESCO et le gouvernement de la République de Pologne et mène son activité scientifique depuis 1999.

Devenu célèbre pour avoir identifié l’une des causes de la maladie d’Alzheimer, l’IIMCB est à nouveau au cœur de l’actualité de biologie moléculaire depuis 2015 avec la découverte une enzyme, également appelé ciseaux, capable de découper des molécules d’acide ribonucléique (ARN) avec une grande précision (voir article juillet 2018 : veille S&T).

En savoir plus :
Site officiel de l’EMBL : https://www.embl.org/

Rédacteur :
Thibaud DUBRULE, Chargé de Mission Scientifique à Varsovie, thibaud.dubrule[at]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE