Priorités du gouvernement néerlandais en matière d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation

Pays-Bas

Actualité
Pays-Bas | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
31 janvier 2018

L’accord de gouvernement néerlandais conforte la place de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation aux Pays-Bas pour la période 2017-2021.

Le 10 novembre 2017 a été annoncée la formation du nouveau gouvernement néerlandais, après sept mois de négociations, sur la base d’une coalition entre les partis VVD (Parti populaire pour la liberté et la démocratie), CDA (Appel chrétien-démocrate), D66 (Démocrates 66) et ChristenUnie (Union chrétienne).

L’accord de gouvernement, intitulé « Vertrouwen in de toekomst » (confiance en l’avenir), retient pour le domaine de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation les priorités suivantes :

  1. Augmentation des financements pour la recherche

Le gouvernement néerlandais entend faciliter l’accès aux financements tant pour la recherche appliquée, avec une attention particulière pour les sciences techniques, que pour la recherche fondamentale. Ainsi, le gouvernement prévoit d’investir 200 millions d’euros par an pour la recherche fondamentale et 200 millions pour la recherche appliquée. Ces fonds devraient être prioritairement alloués aux grandes infrastructures de recherche et aux grands instituts technologiques, ainsi qu’à des partenariats public-privé.

  1. Poursuite de la politique des secteurs de pointe (topsectoren)

Aux Pays-Bas, les secteurs de pointe (« topsectoren ») sont des domaines dans lesquels l’industrie et la recherche néerlandaises excellent et qui font l’objet de politiques publiques visant à renforcer leur compétitivité au niveau international. Les entreprises, les universités, les centres de recherche et le gouvernement ont identifié neuf domaines d’excellence pour la période 2016-2019 : chimie, industries créatives, énergies, systèmes et matériels haute technologie, logistique, sciences de la vie, matières premières, eau et agriculture et alimentation.

Le gouvernement néerlandais prévoit de poursuivre cette politique en l’axant sur trois principaux domaines : transition énergétique et durabilité ; agriculture/eau/alimentation ; quantique, haute technologie, nanotechnologie et photonique

  1. Internationalisation de l’enseignement supérieur

La mobilité entrante aux Pays-Bas a augmenté de 30% entre 2009 et 2014 (chiffres UNESCO et NUFFIC), certaines universités ayant près de 50% d’étudiants internationaux (Université de Maastricht par exemple). Le gouvernement souhaite poursuivre cette dynamique en encourageant non seulement la mobilité entrante des étudiants étrangers mais aussi la mobilité sortante des étudiants néerlandais.

Par ailleurs, plus de 60% des programmes offerts par les universités néerlandaises sont enseignés totalement en anglais (70% des 1 200 programmes de master). Or cette tendance à la généralisation de l’utilisation de l’anglais est de plus en plus questionnée et le gouvernement néerlandais souhaite être vigilent à ce que les formations ne soient en anglais que s’il y a une réelle valeur ajoutée, à la qualité de l’enseignement en langue anglaise et au maintien d’une offre de programmes en néerlandais.

Plus d’informations : https://www.kabinetsformatie2017.nl/documenten/publicaties/2017/10/10/regeerakkoord-vertrouwen-in-de-toekomst

PLAN DU SITE