Une startup japonaise présente un vêtement connecté au CES 2018 à Las Vegas

Japon

Brève
Japon | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
19 janvier 2018

La startup japonaise Xenoma a participé au Consumer Electronics Show (CES) qui s’est tenu à Las Vegas au début du mois de Janvier et y a présenté sa technologie de vêtement connecté « e-skin ».

Xenoma est une startup dérivée de l’Université de Tokyo qui a développé un objet connecté qui prend la forme d’une veste « biométrique ». Le vêtement a la particularité d’intégrer un véritable circuit de capteurs au niveau de la poitrine, des bras et des épaules sans en contraindre les mouvements.

Ce résultat a été obtenu grâce aux recherches du professeur de l’Université de Tokyo Takao Someya sur l’harmonisation entre les circuits électroniques intégrés et le vivant. Le vêtement est en polyester et est aussi souple qu’une veste usuelle. Il est aussi protégé contre la sueur et peut même être lavé comme un vêtement normal.

D’un point de vue plus « connecté », les capteurs rassemblent différents types de données sur l’activité physique qui peuvent être traités comme du Big Data grâce à un kit de développement de logiciels spécial mis à disposition par la startup. Les données collectées par les capteurs peuvent être envoyées vers un PC ou un smartphone grâce à un émetteur Bluetooth situé sur la poitrine. A cela s’ajoutent un capteur d’accélération et un gyroscope (capteur de position angulaire qui permet de détecter des sauts notamment).

Les applications d’une telle technologie sont nombreuses. On peut citer les loisirs avec les jeux vidéo (réalité virtuelle, gaming…), le sport, amateur ou professionnel, et la mesure de performance, et le domaine de la santé : Xenoma compte par exemple mener des expérimentations avec l’Université de Duisburg-Essen (Allemagne) sur le suivi d’électrocardiogrammes grâce à la veste connectée.

Ses capacités permettraient aussi de détecter les tremblements caractéristiques de la maladie de Parkinson ou encore des données plus usuelles (rythme cardiaque, température corporelle…) mais déterminantes en cas d’urgence médicale. Grâce à son émetteur et une fonctionnalité spécifique, la veste serait par exemple en mesure d’envoyer une alerte de manière automatique si elle détecte les symptômes d’un malaise cardiaque.

Sources
Nikkei Asian Review, « Spider-man shirt from Japanese startup works wonders »

Mots clés
Japan, startup, Xenoma, CES 2018, IoT, wearables, connected shirt, e-skin, health tech, sensors

Plus d’actualités S&T au Japon sur Twitter via Ambascience Japon

Rédacteur
Emma-Louise SCAPPATICCI – ch.mission.ntv[at]ambafrance-jp.org

PLAN DU SITE