Un mécanisme génétique permet à une espèce de riz de s’adapter aux inondations

Japon

Brève
Japon | Agronomie et alimentation | Chimie du végétal
19 juillet 2018

Une équipe de chercheurs provenant de l’Université du Tohoku, de l’Université de Nagoya et de l’Université Cornell aux Etats-Unis ont identifié une mutation génétique permettant à l’espèce de riz Oryza sativa de résister à une augmentation importante (plusieurs mètres) et prolongée d’eau suite à des pluies abondantes. Ils ont également mis en évidence le mécanisme moléculaire en cause.

Illust:276.9 ko, 700x488

Mécanisme moléculaire du riz Oryza sativa à l’origine de son adaptation à un environnement en eau profonde.


Crédit : Takeshi Kuroha, Keisuke Nagai et Motoyuki Ashikari

En condition d’eaux profondes, une augmentation d’éthylène sous forme gazeuse est perçue par les récepteurs chimiques du plan de riz et stimule une voie de signalisation moléculaire impliquée dans la croissance verticale de la plante. Le changement de concentration en éthylène active le facteur de transcription OsEIL1a qui lui-même induit ensuite l’expression du gène sd1. La synthèse de la protéine SD1 qui en résulte conduit à une augmentation de la GA4, une hormone de la famille des gibbérellines qui entre en jeu dans la croissance verticale.

Référence : Takeshi Kuroha, et al. Ethylene-gibberellin signaling underlies adaptation of rice to periodic flooding. Science. 2018.

Rédaction : Thibaut Dutruel, ch.mission.sdv chez ambafrance-jp.org

PLAN DU SITE