NEC développe de nouvelles technologies en IA et sécurité des objets connectés

Japon

Brève
Japon | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
17 mai 2018

L’entreprise NEC, largement reconnue au Japon pour son expertise en technologies de l’information et de la communication, possède des laboratoires de recherche très actifs sur les sujets liés à son domaine d’activité comme l’internet des objets, l’intelligence artificielle ou la cybersécurité.

Les laboratoires de recherche en sécurité de NEC ont annoncé en avril avoir développé une technologie de protection pour les objets connectés qui détecte les tentatives de piratage. Le système a été conçu pour les terminaux n’ayant pas assez de puissance processeur ou de mémoire propres pour assurer ces mécanismes de sécurité.

Cette nouvelle technologie basée sur ARM TrustZone serait capable de détecter une tentative de détournement en balayant en 6 millisecondes une zone mémoire de 2 kilobyte (byte=octet) sans ralentir le fonctionnement de l’objet connecté. Le système peut effectuer une inspection lors de la première mise en service du terminal mais aussi fonctionner pendant les phases opérationnelles ce qui le rend particulièrement intéressant pour la sécurité des robots et machines industriels.

Dans un autre domaine, NEC a récemment fait l’annonce de résultats de son partenariat avec l’AIST (National Institute of Advanced Industrial Science and Technology) dans le domaine de l’intelligence artificielle. La technologie développée permettrait de détecter l’apparition de défauts rares qui échappent parfois à l’analyse des experts pendant la phase de conception d’un système. Pour parvenir à ce résultat, une intelligence artificielle a été entraînée sur les résultats de simulations répétées.

Les conclusions des expériences menées montrent que les délais de validation du concept système sont raccourcis en passant d’une semaine à une journée et que tous les défauts rares peuvent être détectés en amont. Les expérimentations se sont basées sur le développement d’un système optique, mais NEC souhaite élargir le champ d’application de cette technique de validation au design de bâtiments (ponts, immeubles) ou de moteurs et autres types de machines.

Sources
Site Officiel de NEC, “NEC develops tamper detection technology to protect IoT devices”
Site Officiel de NEC, “NEC and AIST Develop Efficient Technology for Discovery of Rare Critical Events by Merging AI and Simulation Technologies”

Mots clés
NEC, cybersecurity, IoT, AI, artificial intelligence, simulation, system design

Plus d’actualités S&T au Japon sur Twitter via Ambascience Japon

Rédacteur
Emma-Louise SCAPPATICCI – emma-louise.scappaticci[at]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE