Les lipides, des molécules importantes dans la prolifération des cancers

Japon

Actualité
Japon | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
26 juin 2018

Des chercheurs japonais de l’école de médecine de l’université de Kurume (Fukuoka Prefecture), en collaboration avec leurs collègues chinois et suédois, viennent de mettre à jour l’utilisation de lipides par les cellules cancéreuses comme source d’énergie alternative lorsque le sang ne permet plus de subvenir à leurs besoins.

Le sang, en transportant des nutriments, du glucose et l’oxygène, constitue une source d’énergie de premier choix pour les cellules cancéreuses qui souhaitent gagner du terrain et envahir l’organisme. L’angiogenèse pathologique autour des tumeurs en développement est même une caractéristique de leur prolifération.

Actuellement, plusieurs thérapies anticancéreuses ciblent les facteurs de croissance des vaisseaux sanguins (anti-VEGF) afin de court-circuiter l’apport énergétique et en oxygène des cellules cancéreuses et limiter leur propagation.

Cependant, l’efficacité thérapeutique de ces traitements est relativement faible et de nombreux cas de résistance des tissus cancéreux sont observés chez les patients, en particulier pour les cancers développés à proximité de tissus adipeux.

Illust:103 ko, 371x326

Mécanisme de croissance tumorale résistant aux anti-angiogéniques (AAD) et dépendant des lipides.


(Iwamoto et al., Cell Metabolism, 2018.)

Les chercheurs de cette étude viennent de montrer pour la première fois qu’en condition hypoxique, le manque d’oxygène induit par le traitement anti-VEGF peut déclencher un signal indiquant aux adipocytes entourant les cellules cancéreuses de libérer des molécules lipidiques. Celles-ci seront alors utilisées par la tumeur pour sa croissance, à défaut de disposer des ressources d’origine sanguine nécessaires.

Ces résultats ont conduit les auteurs à tester l’efficacité d’une thérapie combinée, couplant un anti-VEGF à une molécule ciblant la voie de libération des lipides chez un modèle animal de tumeur. Les premiers résultats révèlent une supériorité de ce traitement face aux thérapies conventionnelles.

##
Référence : Hideki Iwamoto, et al. Cancer lipid metabolism confers antiangiogenic drug resistance. Cell Metabolism. 2018.

Rédaction : Thibaut Dutruel, ch.mission.sdv chez ambafrance-jp.org

PLAN DU SITE