Les caténines, de nouveaux acteurs de la migration cellulaire

Japon

Actualité
Japon | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
23 février 2018

Masatoshi Takeichi et ses collègues du Riken Center for Developmental Biology
(RIKEN CDB) s’intéressent principalement aux premières étapes du développement embryonnaire, notamment aux cellules des crêtes neurales (CCNs), des cellules mobiles qui peuvent migrer en groupe puis se différencier en différents types de cellules nerveuses.

Le groupe de scientifiques a cherché à savoir en quoi le contact entre cellules est si important pour finaliser la bonne migration des CCNs.

Leurs recherches révèlent ainsi qu’en l’absence de caténines, les cellules sont incapables de se déplacer selon un mouvement organisé ou une direction définie. Ces résultats confèrent donc un nouveau rôle aux caténines pour la migration, au-delà de leur importance dans l’adhésion entre cellules.

Illust: Une cellule de (...), 2.1 Mo, 1024x760
Une cellule de carcinoma se déplaçant le long de cellules épithéliales.
Credits : Science Photo Library.

Afin d’en savoir davantage sur ce processus, les scientifiques japonais se sont penchés sur l’étude de l’interaction entre caténines et des molécules impliquées dans la polarisation avant-arrière des cellules, un prérequis à la migration cellulaire.

Leurs résultats suggèrent que la présence d’αE-caténine est essentielle pour le positionnement correct de RhoA, une petite protéine qui contrôle la polarité via la régulation des fibres d’actines et de myosines à l’intérieur du cytoplasme.

Sur le long terme, de nouvelles pistes de thérapies pourront être envisagées, le processus de migration cellulaire étant de manière générale une étape cruciale dans de nombreuses maladies, notamment dans la progression du cancer.

Référence : Vassilev V., et al. Catenins steer cell migration via stabilization of front-rear polarity. Developmental Cell. 2018.

Rédaction : Thibaut Dutruel, ch.mission.sdv chez ambafrance-jp.org

PLAN DU SITE