L’ingénierie bactérienne pour la production de composés chimiques

Japon

Actualité
Japon | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique
21 mai 2018

L’acide maléïque est un composé chimique produit à l’échelle industrielle notamment pour la fabrication d’acier galvanisé et de nylon. Il entre également dans la composition de nombreux médicaments pour ses propriétés stabilisantes.

Sa production nécessite comme source principale du pétrole brut qui est chauffé au-delà de 400 degrés Celsius.

Le professeur Shuehei Noda et son équipe du RIKEN Center for Sustainable Resource Science viennent de modifier génétiquement une souche de la bactérie E. coli dans le but de produire du maléate, sans les contraintes de pression et de température nécessaire lors de la production industrielle du composé.
Les chercheurs sont parvenus à produire 7,1 grammes d’acide maléïque en 5 jours à partir d’1 litre seulement de matière brute (du glucose principalement).

Bien que le procédé nécessite d’être optimisé avant une future commercialisation, d’autres composés chimiques sont également ciblés pour être produits à grande échelle sur cette base utilisant moins d’énergies fossiles, tels que les composés aromatiques, les acides dicarboxyliques et d’autres constituants de produits synthétiques.

Références : Noda S, et al. Engineering a synthetic pathway for maleate in Escerichia coli. Nature Communications. 2018.

Rédaction : ch.mission.sdv chez ambafrance-jp.org

PLAN DU SITE