L’importance des gisements massifs de terres rares dans la ZEE japonaise de l’Océan Pacifique revue à la hausse

Japon

Actualité
Japon | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Valorisation des métaux sous-marins
12 avril 2018

Des chercheurs de l’Université de Tokyo et de la JAMSTEC viennent d’estimer à 16 millions de tonnes la quantité de minéraux précieux découverts en 2013 dans les gisements de terres rares de la zone économique exclusive japonaise de l’Océan Pacifique.

En 2013, des chercheurs japonais ont mis à jour l’existence d’importants gisements de minéraux précieux près de l’île de Minamitorishima, à 2000 km au sud-est de Tokyo.

Les expéditions et analyses menées depuis par l’équipe de chercheurs de l’université de Tokyo et de la JAMSTEC apportent une nouvelle estimation revue à la hausse sur la quantité de minéraux précieux dont regorge cette zone du Pacifique de 2500 m2. Il s’agirait désormais de pas moins de 16 millions de tonnes de terres rares à plus de 5000 mètres de profondeur.

Ces ressources naturelles sont si importantes qu’elles pourraient alimenter la demande mondiale (essentiellement comme matières premières de produits de haute technologie : smartphones, lasers…) pendant plusieurs 100aines d’années.

Les nouveaux résultats obtenus s’expliquent notamment par le développement d’une nouvelle technologie d’extraction permettant d’augmenter la quantité de minéraux extraits. Une étape décisive qui accélère l’opportunité d’exploitation de ces ressources.

##
Référence : Yutaro Takaya, et al. The tremendous potential of deep-sea mud as a source of rare-earth elements. Scientific Reports. Volume 8 : 5763, 2018.

Rédaction : Thibaut Dutruel, ch.mission.sdv chez ambafrance-jp.org

PLAN DU SITE