Développement de reins chez des rats anéphriques à partir de cellules souches de souris

Japon

Actualité
Japon | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
14 février 2019

Une équipe de chercheurs japonais de l’Institut National des Sciences Physiologiques (NIPS) à Okasaki supervisée par Masumi Hirabayashi, a réussi à développer des reins à partir de cellules souches pluripotentes de souris chez des embryons de rats anéphriques, laissant entrapercevoir la possibilité de régénérer des reins humains dans des modèles animaux appropriés pour pallier au manque de donneurs pour la transplantation.

Dans l’article publié dans la revue Nature Communications (Nat Commun. 2019 Feb 5 ;10(1):451), les chercheurs montrent que si les reins de souris néoformés apparaissent fonctionnels d’après les observations anatomiques et immunohistologiques, les rats greffés meurent rapidement après la naissance incapables de téter à cause d’une déficience de l’odorat, probablement due à l’invalidation des gènes responsables (Sall1)cdu développement des reins chez les rats hôtes. La fonctionnalité de ces reins de souris dans le rat reste à étudier.

L’expérience inverse, à savoir la greffe de cellules souches pluripotentes de rat chez des embryons de souris anéphriques, s’est avérée impossible.
En plus des nombreuses barrières techniques restantes, cette méthode de greffe inter-espèce soulève d’importantes questions d’éthique.

Référence : The Japan Times, le 7 février 2019.

Rédaction : Daphné Lecellier, ch.mission.sev chez ambafrance-jp.org

PLAN DU SITE