Chirurgie de la rétine : les patients transplantés en 2017 avec des cellules iPS se portent bien

Japon

Japon | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
22 avril 2019

Les 5 patients souffrant de dégénérescence maculaire liée à l’âge qui avaient été transplantés en 2017 au Japon en première mondiale avec des cellules souches pluripotentes induites (iPS) ont tous bien supporté la chirurgie.

Cette annonce a été faite mardi 16 avril 2019 par l’équipe japonaise de chercheurs du Riken et de chirurgiens de l’hôpital général de la ville de Kobe qui a réalisé cet essai clinique.

Dans cet essai clinique, les patients ont reçu une greffe hétérologue de cellules rétiniennes différenciées in vitro à partir de cellules iPS de donneurs stockées à l’université de Kyoto et conçues pour réduire le risque de rejet. La greffe hétérologue permet de réduire le coût et le temps nécessaire à l’obtention de cellules différenciées à partir d’iPS par rapport à la greffe autologue pour laquelle le patient recevrait des cellules dérivées de ses propres cellules iPS, a rapporté le porteur de projet, Masayo Takahashi.

La première greffe a été réalisée en mars 2017. La chirurgie a consisté en l’injection d’un fluide contenant les cellules rétiniennes dérivées de cellules iPS dans les yeux des patients. Les cellules greffées se sont bien fixées sur la rétine de tous les patients. Un patient a manifesté des symptômes de rejet qui ont pu être endigués grâce à l’administration de corticoïdes. L’équipe a aussi annoncé que le tissu rétinien greffé ne devenait cancéreux chez aucun des 5 patients. Sur le total des patients inclus dans cet essai clinique, la vue de quatre d’entre eux s’est stabilisée et la vision du cinquième montre une légère amélioration.
Masayo Takahashi, chercheur à l’institut de recherche Riken a donc confirmé que le traitement ne présentait pas de danger. Il a par ailleurs annoncé que de nouveaux essais cliniques allaient débuter pour identifier les maladies pour lesquelles le traitement se révèlerait le plus efficace.

En 2014, cette même équipe avait réalisé également en première mondiale, une greffe autologue chez une patiente atteinte d’une pathologie oculaire (cf. brève du 19 février 2019)

Source : The Japan Times, 18 avril 2019

Rédacteur : Daphné Lecellier, Chargée de mission scientifique "Santé, Vie, Environnement", Ambassade de France au Japon

PLAN DU SITE