Au Japon, le secteur des énergies renouvelables se diversifie

Japon

Brève
Japon | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
16 août 2018

Le secteur japonais des énergies renouvelables est dominé par le solaire et l’éolien. Cependant, depuis quelques années, de nouvelles voies de production d’énergie propres sont explorées pour faire face à la demande croissante, comme l’illustre le lancement en 2014 de l’initiative Re100, à laquelle plusieurs entreprises japonaises majeures participent.

Le fournisseur électrique tokyoïte eREX prévoit la construction de la plus importante centrale à biomasse du pays et de la mettre en service d’ici 2024 ou 2025. Le coût estimé est de 90 milliards de yens (812 millions de dollars environ) et la puissance de sortie s’élèverait à 300 mégawatts, de quoi répondre à la demande de 700 000 foyers.

EREX prévoit également de vendre l’électricité produite à un tarif comparable à celui de l’énergie issue des centrales à charbon, la moins chère à un prix de 12 yens par kilowatt-heure. Cela représenterait une économie significative comparé au prix usuel des énergies renouvelables au Japon qui, selon le tarif fixé par le gouvernement, sont revendues à hauteur de 21 yens par kilowatt-heure.

La East Japan Railway Company et l’entreprise JFE Engineering Corporation se sont associées pour développer l’initiative « J Bio Fuel Recycle », lancée en 2016. Dans le cadre de cette collaboration, les déchets alimentaires des stations de JR East et des commerces avoisinants sont récupérés et envoyés vers une centrale de recyclage à Yokohama. A la centrale, les déchets alimentaires sont d’abord débarrassés de leurs emballages puis mis à fermenter dans des cuves. Le mélange de gaz (méthane, dioxyde de carbone, eau…) qui se dégage lors de ce processus est utilisé pour alimenter des générateurs électriques.

Selon un retour d’expérience, 50 tonnes de déchets alimentaires ont été récupérés par jour en 2017 et le gaz généré sur l’année permettrait de produire 11 millions de kilowatts-heures, soit la consommation annuelle de 3000 foyers. Le début des ventes de l’électricité produite par l’initiative J Bio Fuel Recycle est prévu en août 2018. Le distributeur serait Urban Energy Corporation, une société affiliée à JFE Engineering.

JR East estime que cette collaboration devrait augmenter le taux de recyclage des déchets générés par l’activité de ses gares de 10%. Les deux partenaires à l’origine de cette initiative espèrent qu’elle servira d’exemple à Tokyo et dans d’autres grandes villes du Japon et encouragera le développement de projets du même type pour généraliser la pratique du recyclage des déchets et la production d’électricité à partir de « biogaz ».

Sources
Nikkei Asian Review, « Japan to host one of world’s largest biomass power plants »
The ACCJ Journal, « Finding energy sources in unexpected places »

Mots clés
Japan, renewable energy, biomass, biogas, food waste recycling, JR East, JFE Engineering, eREX

Plus d’actualités S&T au Japon sur Twitter via Ambascience Japon

Rédacteur
Emma-Louise SCAPPATICCI – emma-louise.scappaticci[at]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE