Une goutte pour le diagnostic précoce de nombreuses maladies

Italie

Actualité
Italie | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
5 juin 2018

Une méthode innovante permet de repérer de petites traces de précurseurs de maladies tumorales et neurodégénératives dans une seule goutte de fluide biologique, ouvrant la voie à des diagnostics précoces, non invasifs et peu coûteux.

Grâce à une méthode innovante, rapide et ne nécessitant pas d’équipements coûteux, il est possible d’isoler de minuscules traces de molécules précurseures de maladies dans une seule goutte d’échantillon. La méthode a été mise au point par une équipe de chercheurs de l’Institut de Physique Appliquée “Nello Carrara” du Conseil Nationale des Recherches (Ifac-Cnr). L’étude a été publiée dans Scientific Reports, revue du groupe Nature.

“La méthodologie est basée sur une mesure effectuée sur les bords d’une goutte de fluide biologique, pendant qu’elle s’évapore à une température d’environ 5°C. À cette température, légèrement au-dessus du seuil de congélation, les molécules contenues dans la goutte s’accumulent de manière ordonnée sur les bords, sans perdre leurs propriétés biologiques et fonctionnelles”, explique Paolo Matteini, coordinateur de la recherche et de l’équipe de l’Ifac-Cnr. “Ces accumulations temporaires de molécules deviennent ultradenses, permettant ainsi de les mettre en évidence grâce à des systèmes spectroscopiques habituellement utilisés dans les analyses de laboratoire. Le caractère intéressant et innovant de cette méthode réside dans la possibilité de repérer et d’étudier rapidement, sans préparation particulière, dans des échantillons de quelques microlitres de liquide biologique, certaines molécules présentes sous forme de traces dans les fluides corporels, comme les précurseurs de maladies tumorales ou de pathologies neurodégénératives comme les maladies d’Alzheimer ou de Parkinson.

Les expériences menées jusqu’à présent ont montré la validité de cette approche. “Cette méthode permettra de développer des tests à bas coût pour un diagnostic précoce, qui viendront en appui aux méthodes d’examen clinique actuellement employées, plus invasives pour le patient et plus chères pour le système national de santé”, conclut Roberto Pini, directeur de l’Ifac-Cnr.

Source : https://www.galileonet.it/2018/03/goccia-diagnosi-precoci-malattie/

Rédacteur : Alexandar Arroyo, info.csu[a]institutfrancais.it

PLAN DU SITE