INAUGURATION DE L’INTERFEROMETRE “ADVANCED VIRGO”

Italie

Actualité
Italie | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique
10 avril 2017

Après des années de rénovation, l’interféromètre de deuxième génération “Advanced VIRGO” entre officiellement en fonction. Il collaborera avec les détecteurs LIGO aux Etats-Unis.

Le 20 février a eu lieu l’inauguration de l’interféromètre de deuxième génération “Advanced VIRGO”, un instrument pour l’observation des ondes gravitationnelles. Il est basé à Cascina, pas loin de Pise, et il fait partie de EGO (European Gravitational Observatory), un consortium créé en 2000 par deux partenaires, l’un français, le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et l’autre italien, l’INFN (Institut National de Physique Nucléaire). Aujourd’hui EGO voit la collaboration de nombre de chercheurs provenant de cinq pays (France, Italie, Pays Bas, Hongrie, Pologne), sous la direction de Federico Ferrini.
Advanced VIRGO aura l’objectif très ambitieux de détecter de nouvelles ondes gravitationnelles, après leur première observation directe en septembre 2015, un phénomène qui confirme les hypothèses de Albert Einstein, illustrées dans sa Théorie de la Relativité Générale. Le projet Advanced VIRGO a nécessité cinq ans de travail avec un budget de 23,8 millions d’euros, pour l’installation de nouveaux instruments plus sensibles pour l’observation.
Sur la scène mondiale, la recherche dans le domaine des ondes gravitationnelles est de plus en plus nourrie et pour pouvoir déterminer précisément le point d’origine d’une onde gravitationnelle, il faut pouvoir compter sur un minimum de trois détecteurs. Dans cette optique, Advanced VIRGO collabore avec les deux interféromètres aux Etats-Unis, respectivement situés à Hanford et Livingston et faisant partie de LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory). Depuis 2007, Virgo et les détecteurs similaires LIGO aux Etats-Unis sont liés par un accord de collaboration incluant l’échange des données enregistrées par les différents détecteurs et une politique de publication commune des résultats obtenus. C’est en vertu de cet accord que Virgo a été associé à la première détection expérimentale des ondes gravitationnelles mesurées par les deux détecteurs LIGO en septembre 2015.
Dans ce contexte, le 15 février l’Ambassade de France à Rome a organisé au Palais Farnèse une conférence intitulée « Dernières nouvelles du Cosmos » en partenariat avec l’Académie des Sciences et l’Accademia Nazionale dei Lincei. À cet événement, sont intervenus deux spécialistes du cosmos, l’astrophysicien italien Paolo De Bernardis, sur le thème de l’étude de l’Univers primordial et des apports d’une autre importante collaboration à forte contribution franco-italienne, la mission Planck, et le physicien théoricien Thibault Damour, professeur à l’IHES, qui a parlé des ondes gravitationnelles et des trous noirs.

Source : www.asi.it/it/news/inaugurato-advanced-virgo

Rédacteur : Chiara Pellegrino, chiara.pellegrino[a]institutfrancais.it

PLAN DU SITE