Relâchons la pression : Hemaclear, un nouveau garrot sûr pour les patients

Israël

Actualité
Israël | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
21 septembre 2018

Des scientifiques du Technion et de l’Inserm ont pu mettre au point un garrot chirurgical révolutionnaire qui épargne douleur et complications aux patients.

Le garrot est un dispositif destiné à interrompre la circulation du sang d’un membre par compression des vaisseaux sanguins contre les os par un serrage périphérique. Classiquement employé pour stopper une hémorragie, le garrot se pose sur un membre, entre le siège du saignement et la racine du membre. Par ailleurs, un garrot élargi dit « pneumatique » (à l’origine un tensiomètre détourné de son usage principal en 1904 par H. Cushing) est largement utilisé en chirurgie des membres. Il est positionné autour du membre pour interrompre la circulation artérioveineuse dans la région située en aval. Son utilisation a pour objectif de diminuer le saignement peropératoire (se dit de la période au cours de laquelle l’anesthésiste-réanimateur doit, pendant l’acte chirurgical, assurer l’anesthésie du malade, la surveillance des paramètres respiratoires, circulatoires, hémodynamiques, compenser les pertes hydro-électrolytiques et sanguines et traiter les éventuelles complications) et de faciliter le geste chirurgical par l’obtention d’un champ exsangue. Elle ne modifie ni les pertes sanguines globales ni la durée opératoire. Le garrot doit être justifié par l’équipe chirurgicale et cogéré avec l’équipe anesthésique. Les chirurgies orthopédique, traumatologique ou vasculaire périphérique sont les principales indications (au sens clinique de terme) du garrot pneumatique.

Même si, avec un usage raisonné, les complications dues à la pose d’un garrot peuvent être limitées, plusieurs problèmes peuvent être rencontrés. En effet, la compression appliquée par le garrot peut causer divers traumas, tels que des dommages du derme (la couche profonde de la peau, recouverte par l’épiderme) ou des lésions nerveuses, de la douleur et peut prolonger le séjour ou la convalescence, indépendamment de l’acte chirurgical.

Le dispositif très étroit Hemaclear, mis au point par l’équipe du professeur Gavriely du Technion, a permis d’éviter les complications rencontrées habituellement avec un garrot pneumatique. De leur côté, les professeurs Bernard I. Levy et Pierre Bourquelot de l’Inserm ont réussi à mesurer, à partir de la littérature médicale, la compression totale d’un garrot et définitivement prouvé que, avec un champ de pression très réduit, la compression totale en est réduite d’autant. Ces résultats expérimentaux ont pu être confirmés par l’Imagerie à Résonnance Magnétique (IRM) et sont en accords avec les principes de physique élémentaire de calcul d’une pression sur une surface. Ce dispositif se compose d’un anneau en silicone enveloppé dans une manche-maillot et de deux poignées de tirage. Le chirurgien place l’anneau à la pointe du membre, puis tire les poignées dans la région proximale (a proximité du garrot).

Illust: Image. Comparaison, 23.5 ko, 317x345
Image. Comparaison d’un garrot classique avec le dispositif Hemaclear (crédits : http://provinmedical.com/)

La manche-maillot se déroule et installe l’anneau jusqu’au site d’occlusion désiré. L’anneau exerce une pression définie à cette position, bloquant l’écoulement du sang et accomplissant sa fonction d’occlusion, sur un très petit segment du membre.
A noter que la fonction d’exsanguination produite par auto transfusion pendant l’installation du garrot était initialement l’objet de la recherche de l’équipe du professeur Gavriely du Technion dans la gestion d’un choc cardiaque ou hémodynamique en médecine d’urgence.

Source : http://provinmedical.com/

Rédacteur : Guillaume Duret, post-doctorant au Technion

PLAN DU SITE