Où chercher le bonheur ?

Israël

Actualité
Israël | Sciences Humaines et sociales
21 décembre 2018

Une équipe de chercheurs emmenée par Benjamin Alon a analysé les messages postés par les utilisateurs de réseaux sociaux, tels que les tweets publiés sur Twitter, afin de cartographier les émotions des habitants. Jusqu’à maintenant, de telles études étaient réalisées en équipant des sujets avec des capteurs qui enregistraient des données biologiques telles que leur pouls ou leur pression sanguine. Ces techniques ne peuvent toutefois s’appliquer qu’à un nombre limité de personnes et ne permettent donc pas une analyse complexe des émotions.

Une équipe de chercheurs emmenée par Benjamin Alon a analysé les messages postés par les utilisateurs de réseaux sociaux, tels que les tweets publiés sur Twitter, afin de cartographier les émotions des habitants. Jusqu’à maintenant, de telles études étaient réalisées en équipant des sujets avec des capteurs qui enregistraient des données biologiques telles que leur pouls ou leur pression sanguine. Ces techniques ne peuvent toutefois s’appliquer qu’à un nombre limité de personnes et ne permettent donc pas une analyse complexe des émotions.

Image. Carte représentant les points chauds de bonheur à Manhattan (crédits : Ben Galon, Yerach Doyshter, Yaron Kanza)

Image. Carte représentant les points chauds de bonheur à Manhattan (crédits : Ben Galon, Yerach Doyshter, Yaron Kanza)

Avec ces nouvelles données, les scientifiques espèrent pouvoir aider les touristes à choisir la visite d’endroits incarnant la bonne humeur et à éviter les parties de la ville qui reflètent de la colère ou bien de la peur. Les urbanistes pourraient utiliser ces données afin de modifier certaines zones de la ville et d’améliorer le ressenti des habitants.

Les chercheurs ont eu à faire face à de nombreux obstacles lors de la réalisation de cette étude. Le premier étant que les tweets étaient généralement écrits en utilisant un vocabulaire familier, des abréviations et de l’argot, compliquant ainsi l’analyse des émotions. Le volume d’information à traiter est extrêmement important et les chercheurs ont dû rivaliser d’ingéniosité afin de rendre faisable la collecte des données. Finalement, un grand nombre d’émotions différentes peuvent être exprimées en un même lieu, poussant les chercheurs à retirer des données qui ne se rattachent pas au lieu d’où le tweet a été publié.

La prochaine étape de leur recherche est l’analyse détaillée de ces cartes d’émotions afin de déterminer ce qui influence le ressenti des habitants.

Sources :
https://www.technion.ac.il/en/2018/05/where-to-look-for-happiness-and-how-twitter-data-can-help/
https://dl.acm.org/citation.cfm?id=3149862

Rédacteur : Arnaud Courvoisier, doctorant à l’Institut Weizmann

PLAN DU SITE