Le programme doctoral féminin Ariane de Rothschild, un programme pour l’égalité des sexes en milieu académique

Israël

Actualité
Israël | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
12 mars 2018

Le programme doctoral féminin Ariane de Rothschild, créé en 2009, offre chaque année quatre bourses doctorales d’excellence pour quatre candidates féminines. Ce programme fait parti de ceux supportés par le Fondation Rothschild Césarée qui vise à promouvoir l’égalité des sexes à travers le monde.

Le programme doctoral féminin Ariane de Rothschild aspire à promouvoir l’égalité des sexes dans la société israélienne et le monde académique en soutenant financièrement des femmes talentueuses venant de différents horizons et travaillant dans divers domaines. Cette bourse est attribuée annuellement à quatre étudiantes représentant la diversité ethnique de la population israélienne. Le montant de cette bourse doctorale s’élève à un total de 60 000 NIS par an durant quatre ans et couvre également les frais de scolarité et la participation à un congrès scientifique international. La sélection des lauréates s’effectue par un comité présidé par le recteur de l’Université hébraïque de Jérusalem et est approuvée par Madame Ariane de Rothschild. Les récipiendaires de cette bourse participent ensuite à des activités éducatives ou sociales.

En 2017, les quatre étudiantes ayant bénéficié de ce programme sont toutes des étudiantes du Technion, l’Institut de technologie d’Israël, et poursuivent des activités de recherche dans des domaines scientifiques variés.
Tout d’abord, Nitzan Krinsky et Hanan Abumanhal étudient toutes deux sous la direction du professeur Avi Schroeder à la Faculté Wolfson de Génie Chimique du Technion et développent des systèmes de traitement du cancer personnalisés [1]. En plus de leur activité de recherche, Mesdames Krinsky et Abumanhal participent au programme « l’académie pour la vie » visant à faciliter l’accès des populations marginalisées aux études, ainsi qu’au programme de la ville de Haïfa pour la découverte et l’apprentissage de la science en milieu scolaire.
Ensuite, Yeygenia Orlov effectue son doctorat sous la direction du professeur Raphael Linker de la Faculté d’ingénierie civile et environnementale du Technion et développe des systèmes d’agriculture de précision permettant le tri des fruits non-mûrs [2]. Madame Orlov dispense également des cours aux nouveaux étudiants du Technion.
Enfin, Maria Khoury Salameh poursuit sa recherche sous la direction du docteur Netanel Korin de la faculté d’ingénierie biomédicale du Technion et travaille sur des systèmes permettant de prévenir l’athérosclérose coronaire, afin d’empêcher l’obstruction des artères [3]. En parallèle de ses études, Maria Khoury Salameh s’est proposée pour effectuer du soutien scolaire en mathématiques à des collégiens.

Pour en savoir plus : http://adrfellowship.org/about-the-network/

Sources :
[1] https://chemeng.technion.ac.il/avi-schroeder/
[2] http://cee.technion.ac.il/eng/Templates/ShowPage.asp?DBID=1&TMID=139&LNGID=1&FID=166&PID=0&IID=3
[3] http://korinlab.net.technion.ac.il/

Rédacteur : Guillaume Duret, post-doctorant au Technion

PLAN DU SITE