Le professeur van der Boom de l’Institut Weizmann est récompensé du prix de l’innovation technologique de la Société Chimique d’Israël pour ses travaux sur les matériaux électrochromes

Israël

Actualité
Israël | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique
28 août 2018

Le prix 2017 de la Société Chimique d’Israël (ICS)-Adama pour l’innovation technologique est décerné au professeur Milko Erik van der Boom de l’Institut Weizmann pour la conception de matériaux métallo-organiques possédant des voies de transfert électronique définies et restreintes.

La fonction des assemblages moléculaires liés à une surface dépend souvent de divers facteurs, comprenant les interactions intramoléculaires, l’orientation moléculaire et l’empilage macromoléculaire. De plus, la formation et la compréhension des défauts et des grains apparaissant durant le revêtement d’une surface par des assemblages moléculaires, ainsi que l’interfaçage des nanostructures avec le monde macroscopique, restent des problèmes majeurs de la nanochimie. Il est ainsi encore complexe de concevoir des matériaux à base moléculaire avec un ensemble de propriétés et/ou de fonctions prédéterminées.

La stratégie du professeur van der Boom et de son groupe offre des avantages importants par rapport aux méthodes de fabrication de films classiques. En effet, en utilisant divers ensembles de composants et de méthodes, il leur est possible d’adapter les films à un large spectre de propriétés électrochimiques. En particulier, les combinaisons de différentes espèces moléculaires produisant un transfert d’électrons et leur arrangement dans l’espace ont permis de déterminer les mécanismes et voies de transferts d’électrons dans des films minces. Ces études fondamentales ont abouti à la génération de revêtements qui changent leur transparence et leur coloration lors de l’application d’une basse tension. Ces matériaux de haute performance, dits électrochromes, peuvent être appliqués par exemple aux technologies d’affichage ou encore aux fenêtres intelligentes et à la construction. En effet, ceux-ci peuvent rejeter la chaleur et réduire l’éblouissement pendant la journée, mais sont totalement transparents la nuit. La compagnie Avery Dennison, avec l’accord de l’Institut Weizmann, a l’intention d’utiliser la technologie du professeur van der Boom et de produire ces matériaux électrochromes en Israël, dans le kibboutz Hanita.

Le professeur van der Boom est né aux Pays-Bas en 1969. Il est titulaire d’une licence en génie chimique de l’Université des sciences appliquées d’Amsterdam (1992), d’un master en chimie inorganique de l’Université d’Amsterdam (1994) et d’un doctorat de l’Institut Weizmann (1999, sous la direction du professeur David Milstein). En 2001, après trois années de recherche postdoctorale à l’Université Northwestern dans l’équipe du professeur Tobin Marks. Il rejoint le département de chimie organique à l’Institut Weizmann. En 2014, il est promu professeur titulaire. Il a publié 130 articles et 16 brevets avec plus de 6000 citations et présente un h-index de 42 (indice ayant pour but de quantifier la productivité scientifique et l’impact d’un scientifique en fonction du niveau de citation de ses publications). Il a reçu notamment la bourse Alon, le prix Henri Gutwirth (deux fois), le prix de l’ICS d’excellent jeune scientifique (2006). Enfin, il a été récompensé du prix 2017 de la Société Chimique d’Israël-Adama pour l’innovation technologique pour ses travaux sur la conception de matériaux métallo-organiques possédant des voies de transfert électronique définies et restreintes.

Illust: Photo. Prof. Miko, 13.7 ko, 181x237
Photo. Prof. Miko van der Boom

Sources :
https://sites.google.com/site/milkovanderboomslab/
http://www.chemistry.org.il/

Rédacteur : Guillaume Duret, post-doctorant au Technion

PLAN DU SITE