Ecoconcrete : la start-up qui fait rimer BTP et écologie

Israël

Actualité
Israël | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique
15 mai 2018

Ecoconcrete est une start-up israélienne qui propose de révolutionner l’usage du béton pour la construction de structures marines ou côtières. En effet, celle-ci propose d’adapter le béton à son environnement en en faisant un support d’espèces marines, ce qui a pour effet d’améliorer sa longévité et sa résistance, tout en préservant la biodiversité locale. Après des tests très concluants, la start-up est en pleine phase de développement et son éco-béton a déjà été sélectionné pour de nombreux projets en Méditerranée ou aux USA. Profitant de son élan, celle-ci fait le tour du globe pour présenter, intéresser et vendre son éco-béton. Suivez-nous pour un voyage où BTP rime avec écologie.

Fondée en 2012, Ecoconcrete est une start-up israélienne pas comme les autres. En effet, elle a décidé de s’attaquer à un défi de taille : apporter des solutions innovantes et écologiques au monde du BTP. Portée par ses deux fondateurs, les Dr Shimrit Perkol-Finkel et Ido Sella, tous deux issus de l’Université de Tel Aviv et du SeArc (groupe de consultants en écologie marine), Ecoconcrete est peu à peu en train d’acquérir une réputation internationale avec ses solutions écologiques innovantes pour la construction d’infrastructures marines ou côtières.

La fondation de la start-up repose sur toute une gamme de bétons aux propriétés uniques. Ces bétons ont été conçus autour de l’idée qu’une faiblesse peut devenir une force. En effet, les bétons et autres matériaux utilisés jusqu’à aujourd’hui dans la construction de structure marine finissent par succomber aux assauts conjugués des éléments et des organismes marins tout en défigurant le paysage marin. Peu biocompatibles, ceux-ci entraînent le développement de déserts marins, car la plupart des espèces locales sont incapables de s’installer dessus, provoquant une perte de biodiversité. Cette perte de biodiversité rend alors propice l’installation d’espèces invasives et entraîne souvent une dégradation de la qualité de l’eau.

En se basant sur ce constat, les Dr Perko-Finkel et Sella ont eu l’idée suivante : au lieu de développer un béton stérile, pourquoi ne pas au contraire en faire un support pour les organismes marins ? Ils ont ainsi mis au point un béton dont la constitution et la structure permettent de le rendre plus résistant tout en permettant le développement d’espèces marines, telles que les algues ou les mollusques, à sa surface. Outre l’aspect écologique évident, ils ont découvert que la faune et la flore marine, en occupant la surface du béton, le recouvrent de diverses matières, tels que du carbonate de calcium, le rendant plus résistant et améliorant sa longévité.
Après une longue série de tests fructueux en mer Rouge, en mer Méditerranée et dans l’océan Atlantique (dont les résultats ont été publiés dans des revues scientifiques), EcoConcrete est justement passée au concret, ses produits étant utilisés dans diverses structures de par le monde, telles que l’armature du port militaire de Haïfa, les « bio-brises-vagues » (« living wavebreaker » en anglais) à New York, le Brooklyn Bridge Park dans la ville du même nom, ainsi que prochainement dans un projet de réhabilitation de la Baie de San-Francisco.

Illust: Figure 1- Bloc (...), 42.8 ko, 516x292
Figure 1- Bloc d’armature Eco-Concrete après installation (source : https://www.israel21c.org/an-environmental-revolution-is-about-to-transform-our-ports-and-piers/)

Basée à Tel Aviv, avec des implantations aux USA et bientôt en Chine, la start-up se veut intelligente : ne pouvant investir des sommes colossales dans des infrastructures de production de béton, celle-ci vend à la fois un adjuvant pour béton, ainsi que la méthodologie de moulage des blocs, ce qui lui permet de se développer rapidement avec un minimum de moyens et de personnels. Collaborant actuellement avec des producteurs de bétons en Angleterre, aux USA et en Autriche, la start-up vise également la Chine et plus globalement une présence internationale.
Son succès est aussi lié à sa capacité à lever des fonds, gagner des compétitions et faire parler de ses technologies. Ainsi, Ecoconcrete a été soutenue dès sa naissance par l’incubateur l’EISP 8200 (Entrepreneurship and Innovation Support Program, Tel Aviv), puis en 2016 par une bourse de plusieurs millions de dollars de BIRD (Binational Industrial Research and Development (BIRD) Foundation US-Israël) et a remporté le prix du GreenPitch de l’accélérateur israélien TheHive by Gvahim et du programme de financement européen Switchmed en septembre 2017.

L’équipe d’Ecoconcrete continue donc sa croisade écologique en participant à divers évènements internationaux, tels que l’ « Union for the Mediterranean’s Blue Economy Stakeholders Conference » à Naples en Italie, le « Cleantech Forum San Francisco 2018 » et le sommet international « Florida Climate Change Institute » organisé par l’Université de Floride.

Sources :
• Site d’Ecoconcrete : https://www.econcretetech.com
• Article sur le journal Israel21c : https://www.israel21c.org/an-environmental-revolution-is-about-to-transform-our-ports-and-piers/

Pour en savoir plus :
• Site du SeArc : http://www.searc-consulting.com/home.yecms/index
• Site de la fondation BIRD, programme de financement binational Israël-USA : http://www.birdf.com
• Prix SwitchMed GreenPitch : https://www.switchmed.eu/fr/news/actualites/the-switchmed-greenpitch-event-where-green-entrepreneurs-meet-investors-in-israel
• L’accélérateur TheHive by Gvahim : https://www.thehivebygvahim.org
• Le programme européen SwitchMed : http://www.switchmed.eu/en
• L’incubateur EISP 8200 : https://www.eisp.org.il/en/home

Rédacteur : Arthur Robin, doctorant à l’Université de Tel Aviv

PLAN DU SITE