Diagnostiquer une maladie grâce au mouvement de ses paupières

Israël

Actualité
Israël | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Médecine individualisée
24 janvier 2018

Des chercheurs de la Faculté d’ingénierie électrique du Technion ont mis au point un outil permettant de diagnostiquer des maladies par détection des mouvements de paupières d’un patient.

Déjà au stade du développement, l’appareil de diagnostic par mouvement des paupières a reçu plusieurs prix internationaux et a été classé parmi les vingt inventions les plus innovantes du Texas Instruments Innovation Contest (TIIC), une des principales foires technologiques mondiales annuelles se tenant chaque année dans un pays différent. Au cours des deux dernières années, des essais cliniques ont été conduits sur cet instrument au Centre Medical Haemek d’Afula.

L’instrument a été développé pour la première fois au Technion, l’Institut de haute technologie israélien, par le professeur Levi Schachter et Adi Hanuka, doctorante dans l’équipe de ce dernier. Madame Hanuka explique que les mouvements créés par les paupières peuvent fournir des informations précieuses quant à la santé d’un patient. Ces mouvements peuvent détecter non seulement des maladies ophtalmologiques, mais également des maladies neurologiques, telles que la maladie de Parkinson ou encore des maladies auto-immunes comme le syndrome de Grave. Cet instrument a été développé de telle sorte qu’il soit possible de l’adapter sur une paire de lunettes de diagnostic ophtalmologique standard à la demande du Dr. Daniel Briscoe, président du département d’ophtalmologie du Centre Medical Haemek d’Afula.

Ces lunettes sont équipées directement avec le système de diagnostic comprenant en même temps le matériel et le logiciel d’analyse. Des données ont été collectées auprès d’un échantillon représentatif de 100 patients sains, afin de déterminer quelles sont les vitesses et fréquences normales de battements des paupières. Par la suite, les chercheurs ont examiné les symptômes du blépharospasme, la dystonie des paupières, qui est une maladie caractérisée par la contraction involontaire des muscles responsables de la fermeture des paupières. Ces derniers ont pu ainsi déterminer une relation directe entre ces mouvements et la maladie en comparant les résultats obtenus pour un sujet sain et un autre atteint de la maladie. Le développement de cet outil de diagnostic porte désormais sur la collecte de données d’autres maladies telles que la démence. Selon les chercheurs, ce système innovant a le potentiel pour établir des diagnostics pour toutes les maladies neurologiques.

En plus de concevoir un produit potentiellement commercialisable, l’équipe en charge du développement de ce projet continue ses travaux dans diverses directions. Ils cherchent ainsi à développer ce système comme plateforme de recherche pluridisciplinaire sur des sujets tels que l’effet des émotions sur le battement des paupières, la communication pour personnes paralysées, ainsi que l’autodiagnostic grâce à un système de machine-learning comparant le schéma du battement des paupières à celui enregistrés dans une base de données.

Source : https://www.researchgate.net/publication/317660547_A_novel_eyelid_motion_monitor

Rédacteur : Guillaume Duret, post-doctorant au Technion

PLAN DU SITE