Comment ne pas changer d’opinion

Israël

Actualité
Israël | Sciences Humaines et sociales
21 septembre 2018

Une nouvelle étude en sciences cognitives émanant de l’Université Ben Gourion du Néguev et de l’Université hébraïque de Jérusalem s’est intéressée à notre propension à répondre par réflexe lorsque la discussion s’aligne sur notre vision du monde. Ce travail, publié dans la revue « Social Psychological and Personnality Science » explique comment, inconsciemment, nous nous retranchons dans nos opinions.

Une équipe de chercheurs dirigée par le Dr. Michael Gilead, chef du Laboratoire de sciences cognitives de l’Université Ben Gourion du Néguev, a découvert que les participants à leur expérience vérifiaient l’exactitude grammaticale d’une déclaration plus rapidement lorsque celle-ci allait dans le sens de leurs convictions politiques, sociales ou bien personnelles.

Une liste de 88 déclarations, dont la moitié présentait une erreur de grammaire, a été présentée aux 29 sujets de l’expérience. Ceux-ci devaient juger de l’exactitude grammaticale de la phrase le plus rapidement possible. Ensuite, à la fin du test, il leur a été demandé de donner leur opinion sur le sujet. Un des résultats de l’article présenté ci-dessous montre comment un sujet identifie plus rapidement une phrase grammaticalement exacte lorsque celle-ci va dans le sens de ses opinions.

Illust: Figure. Temps de, 21.6 ko, 605x327
Figure. Temps de réponse moyen en millisecondes dans le cas de déclarations correctes (“Grammatical”) ou incorrectes (“Non-Grammatical”) grammaticalement, selon l’accord (“Agree”) ou le désaccord (“Disagree”) du sujet par rapport à la déclaration (source : article cité en bas de page)

D’après le Dr. Gilead, « afin de prendre des décisions réfléchies, nous devons être capables de peser le pour et le contre de différentes opinions et de prendre en compte de nouvelles informations. Ces réflexes cognitifs, qui nous font considérer les choses en lesquelles nous croyons comme vraies, peuvent réduire notre capacité à approcher les choses de manière rationnelle. »

Ces résultats révèlent donc l’existence de procédés cognitifs inconscients qui peuvent interférer avec notre ouverture d’esprit et nous pousser à conserver nos opinions.

Sources :
http://in.bgu.ac.il/en/pages/news/worldview_research.aspx
http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/1948550618762300

Rédacteur : Arnaud Courvoisier (arnaud.courvoisier[a]weizmann.ac.il), doctorant à l’Institut Weizmann

PLAN DU SITE