Aller à la montagne pour combattre le cancer !

Israël

Actualité
Israël | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
24 janvier 2018

Il est bien connu que l’entrainement en altitude permet à notre corps d’améliorer ses capacités d’endurance. En augmentant la quantité de globule rouge, notre corps s’adapte au manque d’oxygène. Est-il possible qu’un tel entrainement puisse être aussi bénéfique pour nos cellules du système immunitaire qui luttent contre le cancer ? C’est du moins ce qu’avance une équipe de recherche de l’institut Weizman dans son article publié dans le journal Cell Report : les cellules T tueuses du système immunitaire détruisent les tumeurs cancéreuses beaucoup plus efficacement après avoir été privées d’oxygène.

L’une des armes de défense contre le cancer, pour laquelle la recherche est très active est l’immunothérapie.
L’approche globale de l’immunothérapie est d’utiliser les cellules tueuses de notre système immunitaire afin de cibler spécifiquement les cellules cancéreuses. Pour cela, on extrait ces cellules tueuses des patients atteint de cancer, on les « éduque » à reconnaitre et tuer les cellules cancéreuses, puis elles sont réinjectées dans le sang du patient pour qu’elles exécutent leur mission.
Cette stratégie a déjà fait ses preuves contre certaines formes de leucémie et de lymphome, mais reste peu efficace contre les tumeurs. Pourquoi ? Le microenvironnement des tumeurs est particulier, puisque les cellules formant la tumeur sont collées les unes aux autres, constituant ainsi un amas très serré où la concentration en oxygène est très faible. Cet environnement permet le développement des cellules cancéreuses. Pour les cellules saines, ce faible taux d’oxygénation empêche toute survie.

Si le corps peut s’entrainer à résister à de faibles concentrations en oxygène, alors pourquoi pas les cellules ?
C’est la question que s’est posée Yael Gropper, étudiante en recherche avec le Dr Revital Zehavi-Feferman, chercheur au sein de l’équipe de Shakhar, ainsi que les Drs. Tomer Meir Salame et Ziv Porat du Département des installations de sciences de la vie de l’institut Weizmann et le Dr Tali Shalit du Centre National Grand Israël pour la médecine personnalisée.
Ils ont d’abord mis les cellules T à l’épreuve de « l’altitude » en les cultivant dans un incubateur avec une concentration en oxygène très faible (1%). Ils ont ensuite divisé des souris atteintes de tumeurs de mélanome en deux groupes. Un groupe a été traité avec les cellules T « entrainées » sans oxygène, l’autre avec des cellules T cultivées dans des conditions d’oxygène habituellement trouvées dans notre organisme.
Il a été observé que les lymphocytes T affaiblis par l’oxygène se sont révélées beaucoup plus efficaces pour combattre le cancer. Même si ces cellules n’ont pas montré une meilleure capacité à pénétrer les tumeurs, leur niveau plus élevé en granzyme B (l’enzyme tueuse responsable de la mort des cellules cibles) augmente leur efficacité à la périphérie, ce qui est suffisant pour obtenir une régression de la tumeur.
Si ce résultat est répété avec des cellules humaines, alors ce sera un nouveau moyen d’utiliser l’immunothérapie dans la lutte contre le cancer et notamment le traitement des tumeurs solides.
Moralité la montagne vous veut du bien !

Pour en savoir plus : http://www.cell.com/cell-reports/fulltext/S2211-1247(17)31213-5

Rédacteur : Henri-Baptiste MARJAULT, doctorant à l’Université hébraïque de Jérusalem

PLAN DU SITE