Comment communiquer en mer ?

Irlande

Actualité
Irlande | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
12 juillet 2018

Une équipe franco-irlandaise vient de battre le record de la plus longue connexion internet en mer sans système satellitaire ou cellulaire, grâce à la technologie SeaFi, plus moderne, pérenne et moins coûteuse.

SEA-Tech, start-up basée à Cork spécialisée dans les télécommunications marines, accompagnée d’un petit groupe de chercheurs, partenaires et sponsors, a établi début juin le record de la plus longue communication internet et sans fil en mer, sans utiliser ni satellite ni système cellulaire de type 3G ou 4G.

Le record de la plus longue connexion internet sans fil en mer

Le 6 juin dernier, l’expédition SEA-Tech-Offshore est partie de Cork à bord du ravitailleur de haute mer Ocean Spey et a fait route en ligne droite en direction du sud depuis le phare de Rochespoint. Elle a pu maintenir une connexion internet sans fil jusqu’à 35 km en mer.
Douze témoins indépendants, experts réputés en Irlande dans les secteurs maritime, des télécommunications et de l’informatique ont suivi ce record. Parmi eux, se trouvaient le lieutenant commander Martin Brett (commandant du patrouilleur James Joyce) naviguant à quelques encablures du ravitailleur et le professeur Frédéric Dias (ENS Paris-Saclay, détaché auprès de University College Dublin) qui était dans le phare et calculait en temps réel la distance avec le ravitailleur.

Un record établi grâce à la technologie SeaFi

Navire et phare avaient été équipés de stations SeaFi, une technologie qui permet de « créer des réseaux privés dans les ports et les zones côtières [pour] connecter les navires et leurs équipages ainsi que des bouées de mesure (météo, marées…) ». Arnaud Disant, ingénieur français installé en Irlande depuis de nombreuses années et fondateur de SEA-Tech, nous explique qu’il s’agit d’un « système radio sur la bande fréquence de 2.4 GHz qui fonctionne un peu comme le système télégraphe de Marconi, avec des stations côtières et des stations embarquées ».
Le record est expliqué en vidéo (cliquez ici)

Permettre à ceux qui vivent en mer de garder le contact avec la terre

Les réseaux 3G et 4G sont difficiles à rentabiliser dans les zones non-urbaines. Lorsqu’ils sont présents en mer, c’est de façon tout à fait fortuite. Il est en effet extrêmement difficile de définir la capacité requise par un mât de télécommunication cellulaire sans connaître avec précision le nombre d’utilisateurs potentiels. Et les satellites ? Ceux qui sont en fonctionnement aujourd’hui ont été conçus à une époque où les smartphones n’existaient pas et doivent faire face à l’ère du tout connecté : ils ne pourront bientôt plus répondre à la demande.
SeaFi représenterait une alternative plus pérenne et moderne, moins lourde économiquement qui donnerait une nouvelle vie aux phares, moins utilisés à l’ère du GPS et des cartes électroniques. Technologie moins compliquée pour l’entretien aussi : il est en effet plus facile d’effectuer des opérations de maintenance sur un phare que sur un satellite.
En fait, les applications de SeaFi seraient nombreuses : de la possibilité de garder le lien familial à l’amélioration de la collecte de données pour la recherche !
Voir aussi la vidéo "Les Oubliés de la Zone Bleue"

Pour en savoir plus

Rédaction : Louise Aupetit - courriel : louise.aupetit[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE