Le rôle des climats de hautes latitudes dans l’évolution des écosystèmes tropicaux en eaux profondes

Hong Kong

Brève
Hong Kong | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
3 octobre 2018

Dr Hokuto Iwatani and Dr Moriaki Yasuhara de l’École de Sciences Biologiques et du Swire Institute of Marine Science de l’Université de Hong Kong, en collaboration avec d’autres chercheurs de l’Université Rutgers, Université d’État du New Jersey, aux États-Unis, et le Lamont-Doherty Earth Observatory de l’Université Columbia, ont récemment publié leurs recherches sur les effets des climats de hautes latitudes sur l’évolution de l’écosystème et de l’environnement en eaux profondes dans le journal Geology.

Le Pacifique occidental tropical est connu pour être l’océan aux plus hautes températures en surface. Le flux traversant indonésien (Indonesian Throughtflow, ITF), un courant de surface connu dans la région pour transférer énormément de chaleur du Pacifique vers l’océan Indien, joue un rôle vital dans les dynamiques climatiques à l’échelle globale et les écosystèmes marins. Cependant, si l’on connait les effets des courants de surface, le rôle des eaux profondes dans ces mécanismes est encore largement méconnu. Les docteurs Iwatani, Yasuhara et leurs collaborateurs ont découvert que la faune et la biodiversité en eaux profondes dans cette région ont rapidement changé durant la courte période climatique connue sous le nom de Dryas récent, marqué par une chute de température il y a de cela 12 000 ans, à cause de l’affaiblissement de l’ITF. Ils ont ensuite noté un renversement environnemental significatif il y a 7 000 ans, causé par le mélange de différentes eaux profondes provenant des deux hémisphères, entrainant un refroidissement des eaux et une plus grande concentration d’oxygène. Cette découverte majeure peut permettre de mieux comprendre les mécanismes des climats tropicaux, à l‘heure où nos climats changent rapidement.

Deep-sea ostracod faunal component and diversity changes in the western tropical Pacific for the last 15,000 years. Fossil records show rapid faunal and diversity changes during the significant global climate change events of Younger Dryas and Holocene Thermal Maximum periods (highlighted by gray bands). Higher biodiversity means that there are more species in a sample.

Pour parvenir à ces découvertes, le groupe de chercheurs a utilisé des fossiles d’ostracodes, de microscopiques crustacés de moins d’un millimètre, excellents indicateurs de leur environnement car très sensibles aux caractéristiques de l’eau. L’analyse de la coquille de ces ostracodes, préservés dans des couches sédimentaires, a permis de se faire une idée précise de l’écosystème, la biodiversité et l’environnement marin de la Terre dans le passé. Les ostracodes analysés pour cette étude, plus de 7 000 coquilles, de près de 150 espèces, proviennent du détroit de Macassar, au large de l’île de Bornéo, dans la mer de Java.

Scanning Electron Microscopy image of selected fossil ostracods from the study site

"Le Pacifique occidental tropical est une mer unique en son genre, où les courants de surface partent vers les hémisphères, alors que les courants d’eaux profondes afflux depuis les hautes latitudes, faisant de cette région une sorte de pompe cardiaque de l’océan actuel. Néanmoins, les profondeurs dans cette zone, et particulièrement leurs dynamiques passées, restent encore peu connues malgré leur rôle capital dans le système climatique terrestre."

rappelle Hokuto Iwatani

Rédacteur : Simon MULLER, chargé de mission scientifique

source :

PLAN DU SITE