La recherche biomédicale à Hong Kong via le « Theme-based Research Scheme »

Hong Kong

Rapport
Hong Kong | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
30 avril 2018

Le Theme-based Research Scheme (TRS) financé par le Research Grant Council est l’un des guichets offrant les financements les plus importants aux universités publiques de Hong Kong. Lancé en 2011, 35 projets collaboratifs ont été soutenus pour un montant de 1.44 Mds de HKD ( 150 M d’euros). Quatre priorités identifiées par le gouvernement à la suite d’un exercice de consultation en mars 2010 puis février 2015 (Promoting Good Health, 2010, Developing a Sustainable Environment, 2010, Enhancing Hong Kong’s Strategic Position as a Regional and International Business Centre, 2010, Advancing Emerging Research and Innovations Important to Hong Kong, 2015).

Dans cette article, nous revenons sur les divers projets du domaine biomédical.

Recourir à la génomique pour mieux dépister le cancer

Identification de biomarqueurs pour le cancer du foie

Ce projet consiste à identifier des marqueurs diagnostics distinguant la tumeur de la cirrhose, et pendant la progression vers la maladie métastatique pour le cancer du foie en analysant un ensemble de génomes. Les enjeux de ce projet résident dans le déploiement du séquençage massivement parallèle, ainsi que dans l’exploitation de la capacité à comprendre de manière exhaustive le nombre de copies et les variations structurelles au niveau du génome et du transcriptome. L’ambition du projet est d’appliquer ces avancées à tous les cancers (le catalogage génétique du cancer du foie, qui servira de base à la recherche de cibles thérapeutiques, de biomarqueurs pour le diagnostic précoce et d’indicateurs pronostiques pour prévenir la récidive).

Initié en 2012, ce projet est coordonné par le Pr. Nathalie WONG (CUHK) ; en collaboration avec les institutions HKUST, HKU, et Beijing Genomics Institute (Shenzhen) ; et est financé à hauteur de 45 millions de HKD (4.7 millions d’euros).

Génomique du sang pour dépister le cancer

Ce projet catégorie consiste à développer des tests de dépistage du cancer par une analyse du sang. L’objectif est, par une analyse du séquençage massivement parallèle, de détecter les signatures génomiques liés au cancer dans le plasma sanguin. Ces tests devraient permettre une détection précoce, une surveillance en temps réel et un diagnostic précis du cancer. Les premières études ont déjà été réalisées sur 10000 hongkongais d’âge moyen en bonne santé, et ces tests ont révélé 17 cas de cancer, dont 13 au stade I, le plus précoce. Ceci a permis une prise en charge avancée des patients qui ont eu recourt à un traitement radiothérapeutique. Les recherches ont d’ailleurs fait l’objet de nombreuses publications : en 2015 parmi les dix premières percées par la MIT Technology Review, puis en 2017 par le New England Journal of Medicine.

Initié en 2012, ce projet est coordonné par le Pr. Dennis Yuk-Ming LO (HKU), et est financé à hauteur de 32 millions de HKD (3.4 millions d’euros).

Mieux comprendre le développement des carcinomes du nasopharynx

Ce troisième projet consiste à décoder la séquence ADN de l’ensemble du génome, pour ensuite, cataloguer l’ensemble des changements génomiques par séquençage impliqué dans la tumorigène des cellules, afin de développer des stratégies de contrôle des carcinomes du nasopharynx (CNP). L’objectif est de définir les différentes mutations et d’identifier les cibles moléculaires clés grâce à un séquençage à grande échelle du génome et du transcriptome, à une analyse bio-informatique et à une validation approfondie dans les échantillons du carcinome du nasopharynx primaires microdisséqués avec des technologies développées.

Initié en 2014, ce projet est coordonné par le Pr. Kwok-Wai LO (CUHK) ; en collaboration avec les institutions HKU et Beijing Genomics Institute (Shenzhen) ; et est financé à hauteur de 55.6 millions de HKD (5.8 millions d’euros).

Combattre les maladies cardiovasculaires

Identifier des biomarqueurs associés aux lipides sanguins et aux coronaropathies

L’objectif de ce projet consiste à découvrir de nouveaux marqueurs génétiques associés aux lipides sanguins et aux maladies coronariennes. Les tests de génotypages ont été effectués à l’aide d’une puce d’exome humain qui détecte 0.3 million de variants génétiques. L’association de polymorphismes génétiques pour les lipides sanguins et la coronaropathie ont été validé pour l’ensemble des individus mis à l’étude (cohorte de sujet du sud de la Chine et de Hong Kong). La méta-analyse a révélé de nouvelles associations avec les lipides sanguins, dont l’identification de nouvelles voies biologiques reliant ces variantes génétiques au risque de maladie cardiovasculaire pouvant conduire au développement de nouveaux biomarqueurs ainsi que cibles pour l’intervention thérapeutique.

Initié en 2012, ce projet est coordonné par le Pr. Hung-Fat TSE (CUHK) ; en collaboration avec les institutions CUHK et HKUST ; et est financé à hauteur de 40 millions de HKD (6.3 millions d’euros).

Bio-ingénierie des tissus cardiaques humains

Ce projet vise à combler les lacunes dans l’utilisation de cellules souches pluripotentes humaines pour la bio-ingénierie des tissus cardiaques humains, afin de traduire en thérapies cellulaires pour les maladies cardiaques et pour d’autres applications. Les recherches portent jusqu’au développement des tissus cardiaques humains modifiés par génie génétique fonctionnellement viables, immuno- compatibles et durables après la transplantation.

Initié en 2012, ce projet est coordonné par le Pr. Ronald Adolphus LI (HKU) ; en collaboration avec les institutions CUHK, CityU et HKUST ; et est financé à hauteur de 60 millions de HKD (4.2 millions d’euros).

Prévenir les complications cardio-vasculaires rénales liées au diabète

Ce projet concentre les recherches pour prévenir les complications cardio-vasculaires rénales liées au diabète. L’objectif étant de découvrir de nouveaux biomarqueurs génétiques afin d’identifier les sujets à risque. Les recherches sont portées par une équipe réalisant une évaluation complète du génome, de l’épigénome et du transcriptome des patients diabétiques présentant des complications, en comparaison avec des patients sans complications. Les données (récoltées depuis le "Hong Kong Diabetes Registry") contenant l’évaluation biochimique des facteurs de risque et des antécédents médicaux ont été observées et étudiées sur plus de 10000 patients atteints de diabète de type 2.

Initié en 2014, ce projet est coordonné par le Pr. Ronald Ching-Wan MA LI (CUHK) ; en collaboration avec HKUST ; et est financé à hauteur de 60.33 millions de HKD (6.4 millions d’euros).

Identifier les facteurs génétiques associés à la discopathie

Ce projet vise à définir les attributs fonctionnels des facteurs génétiques associés à la discopathie (pathologie désignant la dégénérescence des disques intervertébraux), et à déterminer comment la variation génomique contribue au risque, à l’apparition, à la gravité et à la progression de la maladie. Les applications attendues à long terme incluent la prédiction du risque d’une dégénérescence des disques intervertébraux, qui améliorera la prévention, la gestion de la maladie, et la conception de thérapies cellulaires améliorées pour protéger les disques sains de la dégénérescence, et retarder ou inverser le processus dégénératif, souvent dû à un trouble du vieillissement complexe composé à la fois de facteurs environnementaux et génétiques.

Initié en 2013, ce projet est coordonné par le Pr. Kathryn S.E. CHEAH (HKU) ; en collaboration avec les institutions CityU, University of Texas Dallas et Tsing Hua University ; et est financé à hauteur de 74.5 millions de HKD (7.8 millions d’euros).

Combattre les troubles du systèmes nerveux

En adoptant deux approches complémentaires -la recherche fondamentale et la recherche translationnelle-, ce projet vise à développer les bases essentielles pour le développement de traitements régénératifs à base de cellules souches neurales (cellules souches présentes dans le système nerveux qui peuvent s’auto-renouveler). Une étude des processus régulateurs sous-jacents à la neurogenèse (génération de cellules souches) sera réalisée. En utilisant la neurogenèse embryonnaire comme système modèle, l’objectif est de comprendre le mécanisme régulateur qui contrôle l’équilibre entre la prolifération et la différenciation des cellules souches neurales, en particulier la base moléculaire régissant la division cellulaire asymétrique. Dans le cadre de la recherche translationnelle, l’expertise sera mise au profit de la découverte de médicaments basés sur la médecine traditionnelle chinoise. En utilisant de nouvelles méthodologies d’extraction et des tests cellulaires issus d’animaux (souris), l’objectif sera d’identifier les agents possédant des activités neurogènes, et à terme, concentrer la recherche sur les traitements thérapeutiques pour traiter la dépression et les maladies de Parkinson et d’Alzheimer.

Initié en 2013, ce projet est coordonné par le Pr. Nancy Y. IP (HKUST) ; en collaboration avec les institutions HKU, CUHK et CityU ; et est financé à hauteur de 60.8 millions de HKD (6.4 millions d’euros).

Plus d’informations :
Programme complet du symposium décembre 2017

Brochure TRS Symposium 2017 – décembre 2017

Liste des 35 projets lauréats "Theme-based Research Scheme" depuis 2011

Symposium décembre 2013

Pour mieux comprendre :
http://www.senat.fr/rap/r10-158/r10-15831.html

A lire également :
L’alimentation nocturne pourrait doubler les risques de développement du cancer du sein
Neurosciences : Hong Kong et la cartographie du cerveau
Des chercheurs hongkongais améliorent la théranostic de la maladie d’Alzheimer

Rédactrice : Justine ONG, Chargée de mission scientifique – Hong Kong

Contact : sciences chez consulfrance-hongkong.org

PLAN DU SITE