Participation de l’Espagne à une mission de l’ESA pour étudier la décharge électrique dans la haute atmosphère

Espagne

Espagne | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
17 mai 2018

Des chercheurs du Conseil Supérieur de Recherches Scientifiques (CSIC) collaborent à l’analyse des données de la mission ASIM Moniteur d’Interactions Atmosphère-Espace (Atmosphere-Space Interactions Monitor) de l’Agence Spatiale Européenne lancée le 2 avril. Ils participeront à l’étude d’une série d’événements électriques connus sous le nom d’Evénements Lumineux Transitoires (de leur sigle en anglais TLEs), et de rayons gamma terrestres (TGFs en anglais), comparables aux éclairs mais localisés à des dizaines de kilomètres au-dessus des nuages.

La mission ASIM dispose de différents modules composés de caméras et de capteurs qui passeront au crible les couches atmosphériques plus hautes que les orages. Ces phénomènes électriques dont les causes et conséquences demeurent toujours en partie méconnues, peuvent influer sur la protection de notre atmosphère contre la radiation spatiale ou sur la chimie atmosphérique. Ces connaissances éclaireront le fonctionnement du circuit électrique global de la planète.

Le repérage, il y a trois décennies, d’intenses éclairs dans la mésosphère, une région atmosphérique située à minima à 50 kilomètres au-dessus du sol, ainsi que la découverte en 1994 des rayons gamma qui émanent des hautes couches des nuages orageux ont fait l’effet d’une surprise puisque il était commun de croire que celle-ci manquait d’activité. La mésosphère, trop fine pour supporter un ballon-sonde, et trop épaisse pour maintenir un satellite en orbite, a reçu une attention très faible. L’influence des Evénements Lumineux Transitoires sur les propriétés chimiques et électriques de la haute atmosphère est à présent un objet de recherche pour des unités du monde entier et ASIM émerge comme la première mission pour les étudier.

En plus de l’Institut d’Astrophysique d’Andalousie, l’Université de Valence, l’Université Rey Juan Carlos, l’Université Polytechnique de Catalogne, et l’Institut National de la Technique Aérospatiale participent également à la mission ASIM, pour laquelle l’Espagne a investi 12 millions d’euros.

Source

“Una misión de la ESA para estudiar las descargas eléctricas en la alta atmósfera” Madri+d, 04/04/2018

Lien d’intérêt

Site Internet de l’Instituto de Astrofísica de Andalucía (IAA-CSIC)

Rédacteurs

Cécile Malavaud – cecile.malavaud[a]diplomatie.gouv.fr

Auriane Mazeran – auriane.mazeran[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE