Identification d’un mécanisme qui protège les neurones d’endommagements liés aux accidents vasculaires cérébraux et à l’épilepsie

Espagne

Actualité
Espagne | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
5 février 2018

Une équipe de chercheurs espagnols a identifié un mécanisme qui protège les neurones contre les dommages induits par les accidents vasculaires cérébraux, les infarctus cérébraux ou pour d’autres maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer, Parkinson ou l’épilepsie. Ce mécanisme est également présent dans les cellules cancéreuses. Les résultats ont été publiés dans Nature Communications et ouvriraient de nouvelles voies pour des thérapies ou des médicaments.

L’étude a été réalisée par des scientifiques du Conseil Supérieur de Recherche Scientifique (CSIC), l’Université Autonome de Madrid et le Centre de Recherche en réseau de Maladies Neurodégénératives (CIBERNED).

Les neurones qui présentent une oxydation comme conséquence normale du vieillissement, possèdent des mécanismes de résistance qui leur permettent de survivre et de continuer à fonctionner tout au long de la vie de la personne. Cependant, ces mécanismes disparaissent dans les cerveaux ayant des dommages aigus liés à un AVC, ou perdent peu à peu leur efficacité lors de maladie neurodégénérative comme l’Alzheimer. La détérioration ou la disparition de ces mécanismes laissent les neurones sans protection et exposés à des dommages irréversibles.
Lors de cette étude, les scientifiques ont découvert que la protéine kinase D (PKD) est la clé dans la survie des neurones. En effet, la mort ou détérioration des cellules est induit par son inactivation. Ils ont conçu une forme de PKD modifiée qui génère un niveau de protection très élevé des neurones, les rendant plus résistant aux attaques pathologiques.
Ce travail constitue une avancée importante dans la compréhension des processus pathologiques neuronaux, mais qui doit être utilisé avec prudence. En effet, les médicaments ou les thérapies visant à protéger ou à augmenter l’effet neuroprotecteur de la PKD doivent être hautement sélectifs pour éviter de stimuler la survie non désirée d’autres types de cellules. Cette protéine, qui aide la survie neuronale, est également très active dans les cellules cancéreuses et favorise leur prolifération incontrôlée. L’utilisation de pharmaceutiques inhibant cette protéine pourrait être un traitement anti-cancéreux efficace mais pourrait induire une détérioration neuronale.

Source

“Identificado un mecanismo que protege a las neuronas del daño por ictus o epilepsia”, Madri+d, 15/01/2018

Liens d’intéret

“Excitotoxic inactivation of constitutive oxidative stress detoxification pathway in neurons can be rescued by PKD1 ”

Rédacteur

Cécile Malavaud - cecile.malavaud[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE