Des tomates de qualité avec moins d’eau d’irrigation

Espagne

Espagne | Agronomie et alimentation | Chimie du végétal
9 mars 2018

En réduisant de plus de 50% la quantité d’eau d’irrigation dans les plantations de tomates cerise, le produit conserve ses qualités tant commerciales, que nutritionnelles et fonctionnelles. Ceci est l’une des conclusions d’une étude menée par l’université de Séville, qui suggère que même avec moins d’eau il est possible d’accroître la teneur en caroténoïdes, composés d’intérêt majeur en matière d’agroalimentaire. En plus d’être des colorants naturels, certains sont des pionniers de la vitamine A, bénéfiques pour la santé.

Après trois ans passés à analyser deux variétés de tomates cerise et quelques neufs autres variétés de tomates différentes, aussi bien en automne qu’au printemps sur les terrains de pratiques de l’Ecole Technique Supérieure d’Ingénierie Agronomique (ETSIA) de l’université de Séville (US), une équipe de scientifiques a constaté que la technique dite d’irrigation déficitaire contrôlée peut être bénéfique pour la culture de tomates.

Cette méthode consiste à limiter l’irrigation au minimum pendant la phase de culture où le produit est le plus résistant et d’augmenter l’approvisionnement en eau à mesure que commence la phase de culture où la tomate est la plus sensible au stress.

Ce processus, détaillé dans la revue Food Chemistry, profite à l’agriculteur dans la mesure où il ouvre une voie nouvelle dans la gamme des produits hydro-durables qui se différencient sur le marché de par une consommation réduite en eau et en énergie. Et, d’autre part, il est vecteur d’une valeur ajoutée pour le consommateur qui achète un produit de meilleure qualité nutritionnelle et respectueux pour l’environnement.

Cette technique est transposable à d’autres cultures comme l’olivier ou l’amandier, plantations pour lesquelles elle a déjà montré de bons résultats.

Cette étude est une collaboration entre l’Université Miguel Hernández d’Alicante, de l’université polytechnique de Madrid, l’Institut des Ressources Naturelles et de l’Agrobiologie de Séville (IRNAS) et le Centre de Pédologie et de Biologie Appliquée du Segura (Centro de Edafología y Biología Aplicada del Segura – CEBAS) de Murcie.

Source

“Tomates de calidad con menos agua de riego”, SINC, 20/02/2018

Liens d’intérêt

Coyago-Cruz, E., Corell, M., Moriana, A., Hernanz, D., Benítez-González, A. M., Stinco, C. M., Meléndez Martínez, A. J.. "Antioxidants (carotenoids and phenolics) profile of cherry tomatoes as influenced by deficit irrigation, ripening and cluster" Food Chemistry 2018.
Coyago-Cruz, E., Corell, M., Stinco, C. M., Hernanz, D., Moriana, A., Meléndez-Martínez, A. J.. "Effect of regulated deficit irrigation on quality parameters, carotenoids and phenolics of diverse tomato varieties (Solanum lycopersicum L.)" Food Research International, 2017.

Rédacteurs

Cécile Malavaud – cecile.malavaud[a]diplomatie.gouv.fr

Auriane Mazeran – auriane.mazeran[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE