« Antarctique inexplorée 2018-19 » : la première exploration avec un véhicule écologique en Antarctique

Espagne

Espagne | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
5 décembre 2018

Du 1er décembre 2018 au 12 février 2019, le Traineau à Vent partira en expédition au cœur de l’Antarctique pour réaliser une campagne scientifique, et révolutionner la recherche polaire. Le véhicule éolien polaire utilisé représente une alternative efficace et durable (zéro émission) pour la recherche polaire nationale et mondiale.

L’expédition a reçu le soutien de la Fondation Principe Alberto II de Monaco et de l’agence de voyage Tierras Polares, dont le directeur est également à l’initiative de l’expédition. Elle compte 340 membres. Un des principaux collaborateurs du projet est l’Agence Spatiale Européenne. De nombreuses universités et institutions sont ainsi impliquées, telles que l’Université Autonome de Madrid, l’Université du Maine (US), l’Université Alcala de Henares, le Centre d’Astrobiologie (INTA-CSIC), l’Université de Valence, l’Université de Barcelone, ou encore l’Agence gouvernementale de Météorologie (AEMET) et la NASA.

Antarctique inexplorée 2018-19 sera dirigée par l’initiateur du Traineau à vent et explorateur polaire, Ramon Larramendi, qui a déjà réalisé 10 expéditions en Arctique et Antarctique depuis 2000 avec son véhicule éolien. Il sera accompagné de 3 expéditeurs expérimentés : Ignacio Oficialdegui (biologiste et expert des énergies renouvelables), Hilo Moreno (guide et assistant sur la base antarctique espagnole Juan Carlos I) et Manuel Olivero (ingénieur industriel).

Tous les quatre traverseront l’Antarctique sur 2000 km, en suivant un chemin triangulaire qui n’a encore jamais été emprunté sans moyens motorisés et sans assistance extérieure. Ils partiront de la base antarctique russe Novolazárevskay pour parvenir au dôme Fuji situé à 3810 mètres : un réel défi pour un véhicule impulsé uniquement par l’énergie éolienne. L’objectif sera de récolter des données sur les micro-organismes et polluants persistants présents dans la glace ; ainsi que de collecter des échantillons de glace pour mesurer le changement climatique et tenter de faire des parallèles entre les conditions météorologiques de l’Antarctique et celles d’autres planètes telle que Mars.

Liens d’intérêt

“Antártica Inexplorada 2018-19”, Tierras polares

Rédacteurs

Cécile Malavaud – cecile.malavaud[a]diplomatie.gouv.fr
Margot Buzaré – margot.buzare[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE