Comment les hommes du Paléolithique supérieur évitaient la consanguinité

Danemark

Brève
Danemark | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
30 novembre 2017

Selon une étude récente, publiée dans la revue Science, les hommes du Paléolithique supérieur auraient développé des réseaux d’accouplement susceptibles d’éviter la consanguinité. Co-dirigés par l’Université de Cambridge et l’Université de Copenhague, ces travaux s’appuient sur le génome de quatre individus du Paléolithique supérieur découverts sur un site archéologique daté de 34 milliers d’années. Le professeur Martin Sikora, du centre de GeoGenetics de l’Université de Copenhague, suggère que les familles étaient probablement connectées à des réseaux plus larges, pouvant ainsi faciliter la diversité génétique. Les hommes du Paléolithique supérieur auraient ainsi développé des réseaux d’accouplement relativement sophistiqués.

"Prehistoric humans are likely to have formed mating networks to avoid inbreeding", University of Copenhagen, 05 octobre 2017, http://news.ku.dk/all_news/2017/10/prehistoric-humans-are-likely-to-have-formed-mating-networks-to-avoid-inbreeding/


Auteurs  : Pierre Leprince (plp[a]institutfrancais.dk), Nathalie Avallone (na[a]institutfrancais.dk)

PLAN DU SITE