Accord de coopération entre les universités danoises et la source européenne de spallation

Danemark

Actualité
Danemark | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
30 novembre 2017

Le 20 novembre dernier, un nouvel accord a été signé entre les universités danoises, la source européenne de spallation (ESS) et l’agence danoise pour l’enseignement supérieur et la science. L’accord est une déclaration commune sur le cadre de coopération renforcée et de partage des connaissances entre l’ESS et les communautés de recherche au Danemark.

Située à seulement 60 kilomètres de la frontière danoise, la source européenne de spallation (European Spallation Source, ESS) accueillera en 2023 l’installation de recherche neutronique la plus avancée de la planète. L’ambition ce projet multidisciplinaire européen est de développer les connaissances scientifiques dans les domaines des matériaux, de l’énergie, de la santé et de l’environnement. Le nouvel accord est une déclaration commune qui vise le renforcement de la coopération et du partage des connaissances entre l’ESS et les communautés de recherche au Danemark avec la mise en place de thèses conjointes et d’un détachement de personnel. L’autre objectif de cet accord est d’approfondir l’intégration des communautés scientifiques danoises avec le Centre de logiciel et de traitement des données de l’ESS, implanté à Copenhague, et le Programme d’instrument neutronique de l’ESS.

L’accord a été signé par l’agence danoise pour l’enseignement supérieur et la science, l’université d’Aarhus, l’université d’Aalborg, l’université technique du Danemark, l’université de Copenhague, l’université de Roskilde et l’université du Danemark du Sud. Le directeur général de l’ESS, John Womersley, se félicite de ce rapprochement : "Les universités danoises ont longtemps été à l’avant-garde de la recherche en science de la matière et l’ESS bénéficie directement de cette proximité. De tels échanges proactifs entre l’ESS et ses nations hôtes, la Suède et le Danemark, poseront les fondations d’un centre de recherche majeur en science des matériaux au sud de la Scandinavie."

Suite à ce nouvel accord, un groupe consultatif a été réuni pour discuter de la future stratégie danoise au sein de l’ESS. Depuis le début du projet, les chercheurs danois se sont fortement impliqués dans le développement de l’infrastructure de recherche européenne. Les scientifiques de DTU et de l’université d’Aarhus accompagnent notamment l’installation de plusieurs instruments de pointe comme le BIFROST (Extreme Environment Spectrometer) et le HEIMDAL (Hybrid Diffractometer) actuellement en construction.


Sources  :


Auteurs  : Pierre Leprince (plp[a]institutfrancais.dk), Nathalie Avallone (na[a]institutfrancais.dk)

PLAN DU SITE